RSS

Archives de Catégorie: La mode me veut du mal

Lien

http://concoursmissglows.wix.com/missglowssaisonnier#la-chronique-de-mai/caq2

Bon, bon, bon … j’avoue que je n’ai guère de complexe. Mais j’ai bien connu le dégoût du shopping, à cause des kilomètres de tissu payés au prix d’un organe vital. L’avantage : je ne suis pas dépensière, sauf en godasses 🙂

Niveau bouffe non plus, je n’ai pas peur de manger en public. Je trouve ça sensuel. Si ça te dégoûte, dégage et par dessus tout : ta gueule 🙂

De toute façon, depuis la sleeve, j’ai un micro appétit. Donc parfois, au resto, je ne finis pas mon assiette. Ben comme j’ai payé, si c’est bon, c’est doggy bag style … Au début, j’avais un peu honte de le faire. Mais au final, le gaspillage est encore plus honteux. A moins le repas gastro au prochain repas 🙂

 

By Elias

By Elias

Publicités
 

Mademoiselle Bèlpère de Loches

Elle est bien bonne celle-là !

Non, je parle de moi figure toi !

Je suis bien bonne. Et je ne parle pas que de mon caractère.

J’ai des amies sur Facebook. Oui. Des filles qui sont pour moi un vrai soutien. Et pour qui j’espère être aussi présente. Avec certaines de mes amies, nous nous réfugions dans un groupe secret (j’aime, ça fait société occulte, hin hin hin, on danse en tenues de latex avec des fouets, toussa). L’une d’entre elles, ne m’ayant jamais vue, a eu cette  sortie ô combien délicieuse :  » Ha ouais, t’as vraiment pas la tête de tes nichons ».

Voilà, j’en rigole encore. Avec ma tête de gamine à peine pubère (je dis c’que j’veux !!!), elle m’ imaginait plate. Alors, comment te dire, Madame Chang  (ne me tape pas !!) …

Non en fait, je proémine à 95F. Tout cela est le fruit d’une belle évolution que je m’en viens de raconter.

Hier, dans un lointain très proche, j’ai eu 10 ans. L’année scolaire s’achevant, ma mère a planqué dans les armoires les jupes et les chemisiers blancs de mon uniforme scolaire. Comme chaque année, après les vacances, elle les ressortait pour préparer la rentrée. Cette fin de mois d’août vit poindre, subitement, sans teasing, le poitrail le plus convoité de sa génération.
Portant des chemisiers blancs, il était hors de question pour mon père de me permettre  des Princesse Tam Tam colorés comme ceux des copines. Les vieux m’emmenèrent donc aux Nouvelles Galeries, rayon lingerie. C’est ainsi qu’à 10 ans, j’eu mon premier soutal noir en dentelle, premier d’une longue série.

Pour te dire à quelle point mes hormones sont des connasses (en même temps, qui se ressemble s’assemble, non ? ou bien plutôt, vu qu’elles sont connasses, elles font de moi une connasse ? Ou l’inverse ? Quid de l’oeuf et de la poule ? Question existentielle …), je passai de que dalle (90 keud), à 90 C en un été !!! J’ai fleuri, quoi. Bloom mammaire.

Et là tu rentres en 6ème. Les minettes font de l’endurance. Et toi tu endures tes grosses loches. Tu te demandes à quoi ça sert. Mais c’est très joli ceci dit. Mais ça sert à rien.
En seconde, tu tombes folle guedin d’un connard. Un jour, enfin, tu te baisses pour lui claquer la bise (non parce que se lever par galanterie, c’est pas prévu). Ton encolure direct au niveau de ses yeux. L’enfant de salaud qui te sort : « Mon Dieu, mais tu pourrais étouffer un boeuf avec ça !  »
Haaan, ça sert à ça ! Ben viens doudou que je t’assassine de mes voluptés …

Bon, en attendant, j’ai quand même attendu pour qu’un mec joue avec. Et depuis, je ne les laisse pas y toucher. Nan, parce que tu vois, comme c’est gros, ces nullos pensent que ce n’est pas fragile. Mes si délicates gougouttes (comme c’est moche !  c’est pire que loche !). Et puis, j’ai pas fait Droit notarial, mais je sais gérer le patrimoine (sessual joke insaïde …)

Hé tu sais qu’on peut avoir un orgasme rien qu’avec ses seins ? Moi je sais !

Bref.

 

Tout ça pour te dire que c’était la Fête  de la Galoche, il y a peu. Et que je me suis offert des soutals pas trop moches pour couvrir mes admirables loches (amis de la pwésie)

Si jamais, toi aussi, tu souhaites couvrir ma nudité et contenter les regards concupiscents des hommes (et des femmes) qui me croisent, je chausse du 95F (soit 2 mains par seins …)

(bon, me suis marrée toute seule à faire mes tags : jamais je n’aurai un bon référencement !)

 
11 Commentaires

Publié par le 19 février 2013 dans La mode me veut du mal

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

C’est pas la taille qui compte …

… si ! Quand même un peu …

La meuf frustrée qui t’a engueulée chez le boulanger ce matin saura te dire qu’une petite feignasse, c’est quand même pas génial.

Ben avec les groles, c’est pareil ! Les talons plats et les petites talons, j’aime pas. Bon, j’avoue c’est pratique pour faire vite. Mais pour le reste, quand tu veux savourer la life, être vraiment frenchteush (bordel, c’est quoi ce mot ? d’où ça sort ???? ), les baskets c’est pas chouette.

Sans déconner, de toi à moi, t’as déjà essayé le combo nuisette-claquette pour le détourner de sa PS3 ? Moi jamais : il a pas de PS3. Et il n’a pas de PS3 parce que j’ai des talons aiguilles ! (… et aussi parce que je suis hyper intéressante comme fille, et que mes manettes à moi sont plus … bref! mouhahaaa )

Je considère qu’en dessous de 10 cm, c’est petit joueur quand même (euh, je parle des talons … ceci dit, c’est petit joueur aussi …).

Bon force est d’avouer que toutes les femmes ne peuvent pas supporter les grandes tailles (hin hin hin ). En ce qui concerne les godasses, j’avoue, au dessus d’un certain poids, la sensation de marcher sur les pointes de pieds est vraiment rude. T’as le droit de descendre, mais pas en dessous de 6 cm !!! Ceci dit, tu ne marches pas sur la pointe des pieds, l’astuce étant de bien enfoncer le talon dans le sol, même s’il est fin …

Faut souffrir pour être sexy. J’avoue, je suis une vilaine fétichiste, godasses, gants en cuir et cravache. Voilà. Bon, là j’étais tentée de faire la comparaison avec le cul d’une pouliche, mais j’assume pas la zoophilie …Mais y’a quand même un lien, faut pas déconner. C’est quand même enfoncer une porte ouverte que de dire que les talons affinent la jambe, et soulignent la cambrure. Bref, ça fait quand même plus racé, tu vois … Enfin, à condition de pas se tenir comme Gaston Lagaffe …

Et le voilà le coeur du problème : on n’apprend plus rien aux femmes. On ne leur apprend pas à choisir correctement leurs soutifs ni à les ajuster, du coup elles ont le sein qui ballote et le dos qui fait mal.

On ne leur apprend pas à choisir leurs culottes. Tu diras ce que tu veux, mais je dis haut et fort : le string, à petite dose, les minettes. Sauf si tu es une accro des abdos fessiers, souviens-toi que les chairs sont des salopes : elles se relâchent avec le temps, les hormones, les gosses et le Nutella.

Et on ne leur apprend pas à se tenir DROITES ! Elles marchent comme des bonshommes. La meuf en talons qui marche les genoux fléchis !!! Il t’arrive quoi, bordel ? c’est au cas où tu croiserais le Pape, afin d’être prête pour la génuflexion ou bien ?

Alors comment on marche avec des talons ? Tout simplement, en mettant un pied devant l’autre. Oui, ça c’est pour moi. Pour toi, fan des UGG, c’est une philosophie de vie nouvelle à intégrer. Alors …

1. Tu as compris, on se tient droite. Les talons hauts, te donnent … de la hauteur. Grandis toi : tes jambes, tes lombaires (surtout que tu vas rouler du cul, faut les avoir souples, tu peux utiliser ton mec pour le stretching … ou la zumba), ton dos, ta nuque et surtout le menton levé.

2. Tu bombes la poitrine (sans accentuer les lombaires). Simplement, tu inspires pour gonfler les loches. Tu prends l’air du temps, tu le fais tien, tu prends ta place dans le monde. En expirant, tu fixes le menton et le port de tête et tu dis fuck à la médiocrité.

3. Tu avances effectivement un pied, puis l’autre. Si ça fait mal, ce n’est pas la hauteur du talon, c’est que tu as mal choisi. Alors oui, tu as eu un coup de coeur. Mais non, ça marche pas comme ça, sinon tu marches pas du tout. Tu l’essaies, tu continues à regarder les autres chaussures en boutique, en les gardant aux pieds. Si ça pique devant et sur les côtés, tu abdiques. Perso, je ne porte pas de bouts pointus. Et puis ça fait sorcière…

4. Tu déplies les genoux : marcher comme un bourrin ne va pas fixer les pavés au sol (vise un peu l’aphorisme, tu retiendras ?) Comme on dit chez moi, la Terre ne doit pas te porter. Sois aérienne. En fait, mon coup de zoophilie n’était pas si con que ça … Aie la grâce d’un alezan, les jambes déliées, la croupe fière et l’allure altière.

Tu verras, c’est comme quand tu portes des ongles en résine : ton doigté change. Ta démarche changera, ton approche de la vie changera aussi. Et les gens qui t’approcheront aussi. Bon s’agit pas de ressembler à une grognasse avec une jupe ras la touffe, et le décolleté qui la rejoint :  on parle de frenchteush ici quand même hein (Logan sors de mon corps ! j’insiste !) … Tu sais mon goût pour le vintage : je cause pas aux greluches.

Bon allez : les baskets, c’est pour courir. Les ballerines, c’est pour la danse classique (ok, pour le marché, éventuellement …). Et les stilettos, c’est pas que pour mesurer le joystick de Jules, ok ?

 

Sinon, pendant que je te tiens, quand on dit : « je suis intouchable », c’est bien que tu ne peux pas toucher ? Ça dit pas qu’on ne peut pas te toucher ? Les mots ont un sens quand même non ? Sauf si tu considères qu’une fois qu’on t’a touchée, tu touches en même temps … Mais si tu mets pas les mains ? Les applications de la langue (française) me turlu-pinent … (tiens ça, c’est un mélange de turlute et de pine ou pas ?)

Allez bisous

Je sors rouler du cul

(je vous ai encore chiadé mes tags ! )

 
12 Commentaires

Publié par le 25 novembre 2012 dans La mode me veut du mal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Ceci n’est pas un sponso pour Vania Kotydia, mais pourrait

Salut les Connasses ! … et les Connards (je ne t’oublie pas, toi, Espèce rare sur mon blog …)

Tu le sais déjà, la mode me veut du mal. Tu as suivi mes tribulations avec la Gaine, puis le Collant ( accessoire vraiment diabolique).

Là, ce n’est pas vraiment la mode qui s’attaque à moi. Mais quelque chose de plus fin, de plus hype, d’éminement indescriptible : le dandytisme ©. Le dandytisme fait du mal à mes hormones.

Par le biais de mon Oiseau des Iles d’amour, j’ai croisé le Baron sur Facebook. Bon, j’avoue, je l’ai demandé en mariage. Je ne sais plus pourquoi, mais depuis, j’ai plein de raisons.

Le mec le plus sexy de l’Univers, oui, j’ose le dire, fait partager son art du Swagg aux quidam. Quand je dis quidam, je parle de ton mec, tu sais bien … Le truc qui traîne en jogging. Ou mieux, parce qu’il a la totale Célio estime qu’il est bien fringué (Ex-mari, mouhaha ! tu rajouteras quelques breloques ridicules pour bien rigoler, parce qu’il se croit djeun’s et sexy avec).

Non plus un prince de la Sap à l’africaine … Non, je sais pas, mais je trouve qu’ils en font trop.

Tu vois, même Pitbull a essayé mais il se plante. Non parce que, la pochette assortie à la cravate, c’est so péquenaud, quoi …

Tu vois pour être un dandy (et la raison pour laquelle j’en parle ici … je te connais, tu crois que je lui montre mes culottes en plumetis, mais non ) c’est qu’il faut avoir sérieusement confiance en soi.

Il faut être éduqué et savoir qu’un jean est une tenue de sport, pas de ville, et encore moins de soirée. A chaque occasion, son vêtement.

Lui redonne ses lettres de noblesse à la tenue de ville, la vraie. Celle qui fait de ton « mec » un homme, un vrai. Pas un éternel adolescent en sweat basket.

Tu vois, c’est un peu la même école que le Tango. L’Homme (ouais, je le majuscule) dirige sa femme, la prend en main, a une posture. Il contrôle la situation.

Un mec capable de porter une pochette en dentelle, sans se sentir altéré dans sa virilité, ben ça en jette.

Si ça se trouve, c’est une petite culotte …

Si demain ton keum passe par Panama Gomina, je serais juste obligée de me crever les yeux ou d’arrêter de te fréquenter. Nan, j’ai du mal à pas reluquer, je chope des orgelets en été à cause de ça …

Parce que quand je vois le Baron avec ses putains de gants en cuir, ben ça me rend toute nécessiteuse d’une Kotydia, tu vois. Parce que y’a pas de secret dans la vie. Si ta grand-mère est restée mariée avec ton grand-père malgré son haleine de chacal, c’est parce qu’il a arrêté de porter des culottes courtes quand il a eu du poil aux pattes. Un mâle, un vrai, ça te donne des envies de talons aiguilles, de guêpières et de jarretelles tous les jours. Les gants en cuir, les vraies matières, tout ça, ça a quand même une putain d’odeur de testostérone, un vague air de méchant garçon sous la Prohibition. Et moi, dès que c’est prohibé tu vois …

Rien que pour lui, je serais prête à souffrir de la mode chaque jour que Dieu fait. Quoique … les gens ne sont pas habitués .. Et je te dis pas l’émeute à Toulouse quand je déambulerais avec ma démarche de chatte en chaleur

Non mais sans rire, quand tu vois ça, tu n’as pas envie de lui faire voltiger sac et chapeau et qu’il te prenne à même la grille ? Figure-toi que je suis bombardée par ces photos tous les jours depuis une semaine.

Le Baron en personne

Putain de gants en cuir …

Alors je te laisse, je vais changer de culotte et acheter des piles.

Bisoujetème…

Edit : je ne sais pas pourquoi, le lien vers le site est brisé … www.panama-gomina.com/ 
Sur la vie de mes jouets à piles, il existe !

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Mine de crayon …

… cette semaine, ma sexytude a été mise à mal.

Me suis coupé les tiffs. Chez la coiffeuse de Divine. Elle a un prénom comique, et est paraît-il une experte.

La semaine dernière, je vais chez MA coiffeuse raffraichir ladite coupe. Et elle me dit, après avoir fait une moue fort expressive  « tu t’es coupé les cheveux toute seule ? » Ca veut dire ce que ça veut dire, non ? Me suis traînée un mois entier, cheveux au vent, avec une coupe de Playmobil mal égalisée (… entre autres ). Faut la jeter en prison.

En rentrant à la maison, Futur ex se paie ma tête en me disant que je ressemble à Bruce Lee… Même si mon ego en a pris un coup, j’avoue avoir bien rigolé. Me suis gondolée. Dommage, j’avais des courbatures … Parce que mon pied arrive jusqu’à ses dents sans difficulté. Whaaaaaaaahaaaaaa !

Ensuite, pour des raisons que même ma raison ignore (c’est te dire le choc causé par le mauvais coup de ciseaux !) j’ai envoyé à un jeune homme une photo de moi. Je te rassure, j’étais totalement nue habillée. Et là, le Tout moche me sort  » on dirait Audrey Pulvar  »

!!!!!

Parce qu’avant de me dire qu’Audrey Pulvar est une fort jolie femme et en plus cultivée et intelligente, mon réflexe de Susceptible a été : « mes elles sont moches ses lunettes ! « . Non, sans rire, elles sont moches. Et perso, les miennes ce sont des Marc Jacobs. Je ne sais pas si les siennes sont des Ray Bann, mais, tous les Asiats de la place de Toulouse portent exactement les mêmes !!! Bon, c’était ma minute mots-clés.

M’en fiche, mes Marc Jacobs me vont super bien. Et hier, avec ma jupe crayon et ma veste, je faisais secrétaire dépravée.

Alors, venons-en à la jupe crayon. Féminitude absolue. Sauf que faut pas être pressée parce que tu ne peux pas faire de grands pas. En même temps, tu la portes avec des talons aiguilles (ouaiiis total look pouffiasse !). Et ainsi chaussée, tu n’envisages pas de courir tellement tu as mal aux pieds. D’ailleurs, tu atteints le point P, rien qu’en les retirant … L’avantage de la jupe crayon, c’est que tu as beau rouler du cul, t’asseoir, te lever … elle ne remonte pas. Tu restes toujours décente.

Enfin, crois-tu …

Parce qu’avec la jupe crayon, j’investis dans le collant ! Et là, réjouissance ! Je n’en portais jamais de collants. Trop grosse. Le collant sublime ma sublime jambe. Et puis je rentre dans une taille (t’as cru que j’allais te dire ??? ). J’en ai choisi des DIM.   Ils résistent bien à mes ongles dédoublés. Cette salope de jupe crayon, vu qu’elle ne peut pas tirebouchonner vers le haut, elle s’attaque au pauvre collant … qui descend.

Parce qu’en vrai, le collant a déjà une tendance à descendre, vois-tu. Tu achètes un 40 deniers, et en fin de journée, il ressemble à un 80. Mais là avec la jupe crayon c’est pire !!!!

Mon collant a fui mes fesses. Il a glissé le long de ma culotte. J’avais le cul à l’air. L’entrejambe était entre mes jambes, mais très en bas d’où il devrait. Super glamour quand tu retires ta jupe sensuellement, tu vois.

Bref. (ouais moi aussi, je brève). La mode me veut du mal et je le lui rends bien.

Je vais investir dans des bas et des portes jarretelles et des guêpières. RrrrrRrrrrr

 
6 Commentaires

Publié par le 24 janvier 2012 dans La mode me veut du mal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Parce que tu en as besoin …

Salut Connasse !

C’est l’été tu as vu ? En fait non . Mais dans quelques jours c’est Juillet, donc normalement c’est l’été. Et toi, tu vas certainement aller te pavaner en bikini, voire moins, tellement t’es qu’une grognasse.

Au fait, tu l’as essayé ton bikini ? Tu as remarqué le bourrelet à la taille ? Et puis tes cuisses, là !!! Hé ho ! Les vagues c’est dans la mer !

Mais non, ne pleure pas ! Allez! Viens faire câlin à Fernanda … qui se gausse, mais se gausse de ta vanité.

Mais pas tant que ça hein …

Tiens, si tu déprimes, voilà ce que tu peux faire:

Fais les soldes : investis dans un maillot une pièce avec paréo long, par exemple … Histoire de cacher le spot que tu as sur les cuisses. Ceci dit, je doute fort que Kelly Slater ait envie de surfer celui-ci … Mouhahaaaa ! (Quoi ? Oui je me suis arrêtée à Kelly Slater. Non je ne m’y connais pas en sports nautiques à la mode. Et encore non, supporter un surfeur qui ferait presque l’amour à son board ne suffit pas à être une pro du surf. Et puis si tu es cap’, donne moi le nom d’un surfer « actuel » sans aller sur Gogole !)

Surtout pas de régime : à cette date, c’est carrément trop tard. Tu vas te ruiner les glandes (et le porte feuilles) pour perdre 2 kilos. Mais je me permets de te dire amicalement, que justement, tes 2 kilos souligneraient atrocement les vagues de graisses sur tes cuisses. Non parce que, quoiqu’on en dise, la Chevauchée des Walkyries que la Cagole que tu es a pratiquée tout l’hiver, n’est pas un vrai sport anti cellulite. D’ailleurs, il n’existe pas de sport anti-cellulite. Non, le vélo n’est pas un sport, c’est de la torture vaginale. Oui madame !

Arrête les crèmes désinfiltrantes à la caféine, là! Holala ! Déjà que tu ondules de partout, tu vas pas te prendre aussi pour une tartine. Bon au mieux, ça va hydrater ta peau. Au pire, tu auras dépensé du fric pour rien …

Assumes-toi ! Regarde -moi ! je suis une bonnasse quand même … J’ai encore 25 kilos à perdre, mais ça ne se voit pas (Mouhahaha, je me rassure comme je peux, je ne te permets pas de le souligner, petite impertinente)

– Allez, ne reste pas comme ça, mange quelque chose. Tu fais pitié. Non, stop la salade et le concombre. Même si ça te files la coulante, ce sera autant d’eau ingérée que tu retiendras dans tes tissus, malheureuse ! Non, tu déprimes, j’ai une idée.

Tu prends un petit ramequin. Dedans, tu mets

2 cuillères à soupe de farine

2 cuillères à soupe de sucre

2 cuillères à soupe d’huile

1 oeuf

2 cuillères à soupe de nutella, crème de spéculoos, ou alors des fruits secs ou confits

1 bouchon de rhum (pour annuler l’odeur de l’oeuf)

Cannelle, sucre vanillé (ou autre)

Tiens toi bien : 1mn30 au micro ondes. Puissance maximum

C’est prêt !!!

Tu vois, si ta déprime dure trop longtemps, tu pourras en faire plein et en manger plein. Et après on en reparle l’été prochain si tu veux bien.

Tu vois combien je t’aime ? Que ferais-tu sans moi, dis ?

 

 
11 Commentaires

Publié par le 30 juin 2011 dans La mode me veut du mal

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Dégaine ta gaine!

Tu l’as bien compris: je ne suis pas qu’une obèse mentale.

Je suis vraiment grosse. Pour le moment. En fait, je perds du poids, je te dirai pourquoi un jour. Bientôt. Si tu es sympa. Non, parce qu’on peut pas tout se dire comme ça, faut garder le suspense, créer la relation, toussa toussa….

Donc je suis grosse. Et comme toutes les grosses, je regarde « Belle toute nue ». Je m’en fous des autres grosses, on va pas faire de club non plus. Je regarde à cause de Mgr William Carnimolla. Le Pape de la mode pour grosse. La messe est toujours la même:

D’abord une nana, pas trop vilaine, pas l’obèse récupérable uniquement après by-pass, non, mais une vraie nana avec des complexes. Le genre qui a tellement de complexes qu’elle te rassure en fait. Elle n’ose pas se regarder sous toutes les coutures, de peur d’en trouver une qui craque.

Entre en scène Sexy Will (euh Mgr Carnimolla, pardon). Derrière ses grosses lunettes noires (essaie pas d’en avoir, tu serais ridicule, façon Audrey Pulvar), il observe la pauvre fille complexée-en-larmes-entourée de vilains miroirs qui vont la manger, d’un regard mutin et doux à la fois (en apparence, parce que si ça se trouve, il s’en fout ou il trouve ça dégueu!). Après, il lui démontre comment elle se fourvoie sur la vision qu’elle a d’elle-même. L’outil magique purement féminin: la comparaison avec d’autres filles. Et là, tu te rends compte que la grosse est vachement conne sympa. Une vraie fille, avec un peu d’amour propre trouve toujours les autres filles plus moches et plus grosses qu’elle. Ben pas la grosse de Belle toute nue!

Troisième étape, virée shopping et relooking. C’est là le clou du spectacle! Depuis le temps que tu mates de la grosse à la télé, tu auras compris le message de l’apôtre Carnimolla. Bonne nouvelle pour les grosses! Ton allié minceur n’est pas Dukan (lui c’est Sheitan!), mais la GAINE!!! Chants de louange! Ameeeen!

Hé bien,hé bien, hier j’ai essayé. Gaine, soutien gorge adapté à mon voluptueux et étourdissant 100E, petite robe noire porte-feuille et talons pour affiner la jambe, cambrer un chouya plus ma vertigineuse chute de reins et allonger mes poteaux gambettes. Maquillage qui va bien. Allure par-faite. Grosse mais bonnasse.

Et vas-y que je roule du cul. Et vas-y que je fais genre j’ai pas vu que tu me mates… Euh je m’égare (fâcheuse tendance à me la péter, mais je ne me soigne pas.)

Là où tu te la pètes moins, c’est quand la nature reprend ses droits: « Salut, je suis ta vessie, je suis pleine!!! » Parce que la gaine, quelque soit la façon dont tu la retires, elle est collée-scotchée à tes bourrelets!

  1. Descendre la gaine comme une culotte: impossible, souviens-toi déjà quand tu as essayé de la mettre… Tu risques de te casser un ongle. Et puis, la robe portefeuille exigera que tu te rhabilles du début.
  2. Ha, on dirait qu’il y a des petites agrafes entre les cuisses, comme sur les soutifs! Vas-y ma grosse: écarte les cuisses! Ha, ça marche pas! Mets la robe sous ton menton, tu verras mieux? Non, ça ne marche pas! Ben mets un pied sur la cuvette des WC? P**** de gaine!! Ho non, j’ai du make-up sur ma robe noire!!! Attends, là, ca y est, presque, encore un peu (merde, faut vraiment que je fasse une réduction mammaire!). Alléluia! Une agrafe!

Allez, 30 mn pour un tout petit pipi de merde qui semblait énorme du à la gaine qui te compressait la vessie. Suis en retard pour mon rendez-vous.

– Mgr Carnimolla, je voudrais me confesser.

– Je t’écoute, tu te trouves grosse?

– Non ça va. J’ai écouté tous tes conseils et j’ai même sorti ma gaine,toussa toussa.

– Qu’est-ce qui ne va pas ma fille?

– Ben tu vois, depuis que je suis une grosse bonnasse grâce à toi, je suis bien dans mes fringues, je me fais draguer.

– Mais ce n’est pas mal mon enfant, c’est même pour ça que tu vas bientôt te foutre à poil sur un podium ou sur une affiche (oui, c’est l’action de grâce, dernière étape!)

– Oui, mais depuis que j’ai la gaine, je n’ai plus de vie sexuelle!  Une fois posée, impossible à retirer!!!

Comme quoi vanité et chasteté peuvent faire bon ménage…

 
1 commentaire

Publié par le 26 mars 2011 dans La mode me veut du mal

 

Étiquettes : , , , , , , ,