RSS

Archives de Catégorie: Grosso Modo …

De cœur à cœur

image

Rien de plus à dire …

 
2 Commentaires

Publié par le 2 octobre 2014 dans Grosso Modo ...

 

Noémie et les garces

Noémie … Un si joli prénom … Une si petite fille. Si fragile. Elle pourrait s’appeler Charlotte, Marie, Fatima ou Shoshana.

Elle est née, mais va vite le regretter. Elle va subir les pires outrages depuis le berceau. Coups en torrents, attouchements sexuels, inceste, viol. Et insultes. Depuis sa naissance, sa mère la traite de « sale petite garce » et lui reproche tous les maux de la terre. Noémie va grandir en étant convaincue de la véracité de ces reproches. Après tout, si sa mère le dit, c’est que c’est vrai. Elle est vraiment une garce. Elle va grandir, en développant sa personnalité autour de ces propos et comportements violents.

 

Nath Appolline

Nath Appolline

 

Comment croire qu’une mère est capable de droguer sa fille, de la violer jusqu’au sang ? Comment croire qu’aucun médecin n’a pu se rendre compte de la détresse de cette enfant ?

Nath Appolline te raconte les déboires de Noémie dans son ouvrage paru cette année, « Une enfance en enfer », chez Airveys Editions.

 

Tu voudrais croire n’est-ce pas, que ce ne sont qu’oeuvres de fiction ? Nath, comme d’autres, comme moi, a été victimes de violences au sein même de sa famille. Elle oeuvre aujourd’hui au sein de plusieurs associations de défense, notamment pour dénoncer l’inceste maternel.

J’ai reçu son ouvrage pour le promouvoir en tout début d’année. Et je la remercie vivement de sa compréhension quant à ma difficulté à vous en parler.

Noémie c’est un peu moi. Une mère errante qui me confie à une famille déglinguée. La mère qui me laisse toute la journée sous un soleil de plomb, sans boire ni manger, dans une cour envahie de poules et de leurs fientes. Le fils, proclamé père, qui n’est que le dealer de ma mère, et qui me frappe avec ses dread locks et tout ce qui traîne. Et son frère … son frère qui introduit ses doigts sales dans mon intimité pendant mes rares heures de repos … Je suis incapable de dormir cul nu … anecdotique …

Noémie c’est un peu moi. Une mère adoptive tenant des propos écrasants et culpabilisants. Vivre et grandir dans la peur. N’avoir aucune attache. Être toujours prête à partir.

Mais je ne finirai pas comme Noémie … A moi, on ne cessait de me rappeler que « je suis une bienheureuse ». Même si c’était pour m’asservir, j’ai intégré le principe. Et je suis en effet bien heureuse, aujourd’hui.

Mais je pense à ces femmes détruites, violentes envers elles-mêmes, violentes envers leurs entourages. Ces femmes qu’on a détruites depuis l’enfance. Quand j’aborde une femme en souffrance, je ne la juge jamais. Car la « peine » peut remonter si loin. La violence devient à tel point son ADN qu’elle reproduit les schémas.

Si tu veux des chiffres, va chez Jordane. Il a écrit son meilleur article, je crois. Et son conseil est le meilleur que tu puisses recevoir.

Et vraiment, si tu veux savoir tout ce qu’il ne faut pas dire à un enfant, apprendre à regarder avec amour et ne pas juger, être une oasis pour les âmes souffrantes, lis cet excellent ouvrage de Nath Appoline, « Une enfance en enfer »

Nath, encore merci pour ton engagement

 
16 Commentaires

Publié par le 22 septembre 2014 dans Grosso Modo ...

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Peut-être …

Dis ? A ton âge, tu joues encore à tirer au sort ?

Atta, je te cause pas de tirage au sort pour un concours. Parce que si tu es un blogueur respectâââble, tu auras fait au moins un concours pour amuser attirer des tes lecteurs …

Non, genre quand tu veux prendre une décision. Pour un truc important  ? Par exemple, les chaussures noires ou les chaussures dorées ? (Mon subconscient ne choisit pas, il met une de chaque.) Ou Vikings (ou y’a du danois sexy qui ruisselle) et Game of Thrones (ou y’a des mecs sexys qui ruissellent) ? Non ça c’est un mauvais exemple, y’a le replay …

Non sans déconner, j’ai pas d’idée. Par exemple, je ne choisis pas entre mes fils : les deux sont à la même enseigne. En fait dans ma vie, les choix s’imposent d’eux-mêmes. Comme la conviction de faire. Comme entendre cette petite voix en moi qui hurle de suivre cette voie et pas l’autre.

Alors tu penses bien, ça fait longtemps que je n’ai pas joué à ça

(Ne me remercie surtout pas pour la chanson pourrave ! Ça me fait plaisir, tu penses bien …)

 

Pareil en amour … Tu te souviens, la dernière fois j’étais amûreuse d’un brillant jeune homme. J’ai pas tortillé du cul. Je t’aime mais je ne veux pas de toi dans ma vie. C’est irrationnel mais clair. Et je peux justifier le truc, même si les justifications n’ont d’importance que pour mon ego froussard.

Même, je n’ai jamais eu à choisir entre deux mecs. Je me souviens de ce week-end de Pâques. Je sortais avec le Nabot et the First est revenu à la charge. J’ai pas réfléchi longtemps. J’ai laissé le Nabot arriver à la conclusion qu’il ne me méritait pas. Il a pris 30 minutes pour ça. Et il a compris que je l’avais largué en silence. C’est aussi sale et douloureux, je pense. Mais, je n’ai pas choisi. C’est lui qui a dit « c’est mieux si on arrête, tu ne sembles pas heureuse ». J’ai juste dit « ok » et j’ai rappelé My First. Lui par contre, il avait du mal à choisir … on en a fait des manoeuvres dégueulasses pour virer ses maîtresses. En même temps, voilà quoi …

Mais tu vois bien que le sort s’impose. Il n’y a pas réellement besoin de l’interroger.

Ce soir, vois-tu, le sort m’a fait rire. A la question somme toute banale de « veux tu prendre un verre histoire de faire connaissance? », je m’attendais à tout sauf à ça. En gros, le bonhomme m’a répondu « peut être ».

On me l’avait jamais faite ! J’ai eu du silence, de la fuite, du non, encore du non, et encore du non mais du peut-être, jamais. Bon, on va dire qu’on s’améliore karmiquement. « Peut-être » est peut-être un presque-oui ? Comme gris serait un noir clair ?

Gris, c’est bien du noir clair ? Peut-être …

Tu veux de la viande ou du poisson ? Peut-être …

Tu préfères les filles ou les garçons ? Peut être …

Non mais, je ne t’en aurais pas voulu si tu avais pris le temps de faire « plouf plouf », tu sais … En plus, à « plouf plouf », on peut tricher … Et puis l’avantage c’est qu’on peut changer d’avis. Parce que finalement, interroger le sort, c’est écouter la réaction de sa petite voix. Est-elle d’accord avec mon pile ou face? Peut-être …

Image

 
4 Commentaires

Publié par le 16 juin 2014 dans Grosso Modo ...

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Je squatte ailleurs

Je suis en mode créative ON.

Alors, tu es en droit de te demander pourquoi je n’écris pas plus. En fait si, mais pas forcément chez moi..

Il y a quelques temps, j’ai rencontré sur ma route facebookienne un groupe de blogueurs mené entre autres par Denis Gentile et Abdelhamid Niati.

Et sur ce groupe, quelques trolls avec qui je me suis acoquinée. Le Dirlo, aka Stéphane Briot a créé un groupe (de blogueurs encore) puis un … blog. What else …

Tu peux me retrouver dans deux articles déjà et voir enfin ma trombine. Et même si je ne suis pas du tout photogénique, tu t’abstiendras de tout commentaire ! Non mais … Sur Parlonsblog-le blog, n’hésite pas à t’abonner à mes publications, voire à t’inscrire en tant que membre, si jamais … tu es blogueur, pro ou amateur.

image

Voici mes deux premières créations: la première où je réponds à la question du Patwon, la seconde où je dis comment je vous piège dans mes filets pas littéraires pour un sou. Je vous encourage à vous rebeller en commentaire, d’ailleurs …

Les autres projets d’écriture ? Une chanson. En anglais. Parce que les gens sont chiants et exigeants. Remarque, ça aurait pu être en espagnol …Mais ne leur donnons pas d’idées loufoques, ils ont déjà suffisamment d’imagination. Et une collaboration avec un magazine, pour une pige trimestrielle. Je t’en dirai plus bientôt.

Sinon, va quand même falloir que je bosse sur mon blog pro, non ?

Allez, je te ponds un article rien que pour nous et je te l’envoie la semaine prochaine, ou avant parce que la patience et moi, tu sais …

 
8 Commentaires

Publié par le 30 avril 2014 dans Grosso Modo ...

 

Mauvaise foi de compét

Bande de followers de pacotille !
C’etait les 3 ans de mon blog le 26 et PERSONNE ne l’a célébré  !!!
Mais sans déconner ?
3 ans ! C’est l’entrée en maternelle. La majorité de la prime enfance. Le temps de la joie. La libération de la maternité opprimée. 
Et toi, tu oublies …
Ça méritait des bonbons, des cotillons, des éloges sur des forums de blogueurs. Je sais pas moi mais kekchoz.
Non. Rien.

En même temps,  on a les lecteurs qu’on mérite hein … à force de vous dire que je fais ce que je veux et que j’écris si je veux et ce que je veux, vous prenez vos aises …
Ça va donner le fucking four l’année prochaine, bordel …

Bref.
Je vais me draper dans ma toge d’orgueil blessé  … et je vous cause p’u. Jusqu’au prochain article.

Nan, tu vois j’aurais pu faire un concours comme les autres mais tu constates toi même que tu mérites pas. Vilain

En tout cas je remercie du fond du coeur les nouveaux followers sans qui je n’aurais JAMAIS su que c’était mon anniversaire …
Et bravo WordPress  … même pas un mail !
Pfffff … NUL !

 
27 Commentaires

Publié par le 28 mars 2014 dans Grosso Modo ...

 

Je retournerais bien à l’école… Invitée sourire Fernanda

J’ai fait ça chez Bonjour1sourire …

 
2 Commentaires

Publié par le 10 mars 2014 dans Grosso Modo ...

 

Fidélité : si on remplaçait « engagement » par « consentement » ?

Fidélité : si on remplaçait « engagement » par « consentement » ?

J’ai découvert ce blog il y a peu. Je savoure ses articles, même si je ne suis pas hyper fan du « couple libre ». En tout cas, cette réflexion sur l’engagement et le consentement me parle car, je m’y retrouve en tout. Finalement, j’appelle souvent engagement le consentement. En couple, je m’engage, finalement, à consentir aux choix décidés ensemble, étape, par étape.

les fesses de la crémière

La question du consentement est maintenant au cœur de la sexualité. Bizarrement, elle est assez absente des questions de couple et de fidélité, où la rigidité de l’engagement nie la valeur du consentement.

Voir l’article original 446 mots de plus

 
6 Commentaires

Publié par le 25 février 2014 dans Grosso Modo ...

 

Toutes des sacs à foutre !

Non, parce que « salopes », c’est galvaudé, ce serait presque un compliment.

J’ai pensé aussi à  » toutes bonnes à se faire violer ».

Non mais vraiment … Entre nos fringues, très courtes, ultra décolletées en bas et en haut, on se maquille comme des trucks américains. On porte des chaussures de strip teaseuses … Forcément on cherche, merde !

Je comprends tellement l’indignation de Willy Rovelli, animateur de chez Gulli, tu sais, le mec que tu laisses avec tes enfants. Il a twitté que si la vendeuse n’a pas sa taille de pantalon, il la punit en la violant. C’te conne de pourriture ! Je ne te parle pas de l’autre de NRJ, ch’sé pu son nom, qui embrassait les filles dans la rue sans leur avis. Mais quoi bordel, déjà qu’t’es moche, on a la gentillesse de te montrer un peu d’affection en mettant sa langue dans tes amygdales et tu la ramènes ?!

Je ne suis qu’une vieille coincée du cul de toute manière. J’ai pas baisé depuis avril (SCOOP !). Alors forcément, je suis jalouse, hyper jalouse de tous ces sacs à foutre qui se font mettre n’importe quand, par n’importe qui, et surtout n’importe comment. Surtout celles qui sont pas d’accord ! Les putes … Et les enfants !!! Les pires ! Ils provoquent, j’te jure, à être mignons comme çà ..

viol enfant

Voilà, c’était la minute auto-trolling …

Tu penses bien que si je lis un truc pareil sur un blog ou que je l’entends de la bouche de quelqu’un, je n’aurais pas peur de faire de la prison.

Mais on me dit dans l’oreillette que je l’ai déjà entendu et vécu !

Ouiiii ! souviens-toi !!! Christophe-Petite-Bite ! « Si on ne t’aime pas, c’est que tu es juste bonne à te faire baiser »

Je m’en viens te raconter ce que c’est d’être agressée sexuellement. Que ce soit durant l’enfance par l’oncle qui te caresse soit disant pour t’endormir, ou adolescente, par le mec qui bloque l’ascenseur et se frotte bien bandant entre tes fesses soit disant pour arriver à l’étage, ou encore par ton mari qui a très envie et parce que c’est ton devoir conjugal (la justice te ferait payer des dommages et intérêts si tu refuses, oui oui), ou par ce type qui trouve que tu n’es qu’une aguicheuse et que tes yeux appellent braguette. Et l’autre qui dit que tu l’as piégée, on en rigole ou pas ?

Je viens te dire ce que ça fait, que ce soit, un contact, un doigt ou une bite que tu ne désires pas.

CA TUE !!!! CA TUE L’AME !

Car quand on pénètre une femme, on pénètre son âme. Pas un trou, pas un vagin. Une âme, bordel !

Longtemps, je ne comprenais pas, pourquoi mes amants me trouvaient un bon coup. Après tout, j’étais loin des exploits des copines. J’ai un D.U. en cancrelat mort (oui tu sais, avec la patte qui tremble encore). Tout simplement, parce que pendant des années, je n’étais qu’un cadavre entre leurs mains. Ces hommes étaient des nécrophiles. Ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient. Je n’étais qu’une poupée gonflée avec une température de vivant. Mais sans âme. J’étais partout sauf là, entre leurs bras, sous leurs assauts. Pourtant j’étais là volontairement, le plus souvent.

Je me suis souvent décrite comme une proie. Jamais je ne drague, ni ne séduis. Je ne sais pas faire. Juste me faire prendre. Il suffisait de demander poliment. Une pute bénévole. M’en fous. Tant que tu te casses après. Et ne rappelle pas, s’pas la peine.

Je suis devenue ça après les mots de Christophe-Petite-Bite. Du moins je l’étais déjà et j’ai consenti à le devenir. Il m’a violée, lui aussi, avec ses mots, et en me proposant à ses potes aussi. Je n’étais qu’un vagin docile et accueillant. Pour le reste …

Pire : l’adage selon lequel « qui ne dit mot consent« . Quand on t’agresse sexuellement, surtout si ce n’est pas la première fois, tu n’as pas les mots pour dire « non ». Juste « non », ça ne sort pas. Et après, en parler ? Ce n’est même pas la honte, car tu t’es toi même persuadée que tu l’as mérité (ben oui, t’avais qu’à dire « non », banane !) (Ho et puis, tu n’avais qu’à pas lui filer ton téléphone !)(Non mais tu as vu tes seins dans ton col roulé ? tu déconnes pèpette !)

viol

Cet été, un éleveur de chèvres (et tu n’imagines pas le mépris que je mets dans ces mots) m’a mordu le sein et mis la main entre les cuisses sous le regard ahuri de ma copine et les rires de ses potes. Je n’ai pas dit non, je n’ai pas hurlé. Tu sais pourquoi ? Un cadavre, ça ne parle pas. C’est tellement violent qu’aucun mot, aucun cri ne peut décemment reproduire la douleur d’une âme qu’on violente. La douleur, la peur, la colère en moi auraient pu me dilater de plusieurs kilomètres, mais aucun son n’est sorti. Je suis restée tout le mois d’août avec ce bleu sur le sein et des ecchymoses à l’âme. C’est un libertin qui m’a consolée, qui a trouvé les mots justes sur mon desespoir. Il a doucement parlé à ma place, jusqu’à ce que des larmes guérisseuses coulent enfin. Personne d’autre n’a compris ce qui m’arrivait. Toi, mon amie qui ne savait pas si c’était un jeu sexuel. Toi mon pote trop occupé parce que tu t’es fait jeter en boîte par une polonaise (au moins tu l’as pas violée, bon point pour toi, mais elle méritait sans déconner, fringuée comme pour un casting pour Dorcel…). Toi son pote qui m’a dit avec le sourire « c’est rien, ce n’est pas grave »

Alors à chaque fois que toi, qui te prétends Homme, tu ne pénètres qu’un trou, un vagin, une chatte, ce que tu veux (les mots ne sont pas réellement vulgaires, seules les attitudes et les intentions le sont), tu approches une âme.

Et toi qui n’es qu’une bite sur pattes, à chaque fois que tu violes ou que tu incites au viol, tu tues une âme.

Aujourd’hui je vais bien. J’ai rencontré El Doctor sur mon chemin. Et voici son secret. Il était suffisament Homme pour d’abord chercher mon âme. Il ne la laissait jamais partir loin de lui. Il ne s’agit pas juste de se fixer dans les yeux comme des wesh de banlieue. Tu penses bien que je sais faire ça et penser à cette maladroite de dépwaleuse qui m’a fait le ticket de travers … Il s’agit de ressentir l’autre, au-delà du plaisir. Une fois, j’en ai pleuré. Il s’est arrêté net en me disant : « je ne te toucherai que lorsque tu seras avec moi ». Et je me suis rendue compte que je n’étais pas juste bonne à me faire baiser. Je n’étais plus un corps sans vie et sans intérêt.

Je ne comprenais pas ces foutaises de vieilles bigotes. Quoi ? Choisir le mec ? Etre prête ? Prête à quoi ? Quel mec ?

Ha oui ! Parce que finalement, en face de toi, tu n’as pas qu’une bite, mais une autre âme qui va se donner entièrement pour peu qu’elle soit consciente de ne pas être qu’un corps en mouvement.

lucca-giordano-le-viol-de-lucrèce-museo-di-capodimonte-naples-1663-source-wikipédia

Je te raconterai une autre fois pourquoi je crois que le sexe est sacré, en quoi il peut guérir et transformer une vie. Tu seras moins choqué de savoir que ça fait 9 mois que je ne me suis pas faite tringler …

Allez, arrête de dire des conneries et respecte les Âmes que tu rencontres.

 
26 Commentaires

Publié par le 9 janvier 2014 dans Grosso Modo ...

 

Merci à vous !

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2013 de ce blog.

En voici un extrait :

Le Concert Hall de l’Opéra de Sydney peut contenir 2.700 personnes. Ce blog a été vu 9  300 fois en 2013. S’il était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 3 spectacles pour accueillir tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

 
8 Commentaires

Publié par le 31 décembre 2013 dans Grosso Modo ...

 

TaBonneCopine.com

« Et le Golden Blog Award dans la catégorie Lifestyle revient à …. (suspense à la con, on sait déjà que c’est moi !) … Jordy Ann euh Jordane, pardon, du projet Monbonpote.com ! Félicitations !

Applaudissements hypocrites pendant que le bonhomme avance en low boots noires à talons aiguilles et les mains dignes d’une nailista.

Voilà. Depuis le début des Golden Blog Awards, je fais ce rêve récurrent. J’ai l’habitude de faire des rêves prémonitoires chelous. Mais je suis obligée de raconter çui-là, parce que si ça se trouve, je détiens la clé de son succès, à Saturnin (ouais, c’est le p’tit nom qu’on lui donne en MP sur Facebook) (Paranoïa du bonhomme ON ). Analysons freudiennement, si tu veux bien.

1. Des gens ont voté pour lui. Toi + Moi + Eux + Nous tous ensemble, tu vois. Des milliers de bons potes à travers le monde (ouais ! spécial big up à mes lecteurs de Pologne, Stazunidamérique, Canada, Maurichius, et Moyen Orient !) ont pris leurs petits doigts et ont voté pour Jojo ! Plusieurs fois par jour et tous les jours. Avec ton smartphone, puis ton laptop, et l’ordi du bureau, et celui de ton collègue ! Ensuite tu es parti chez ton voisin, tu as remis ça ! Au lieu de fouiller le smartphone de ton gars, tu as revoté. Oh oui vote, vote, vote, vooooooote (euh pardon, je faisais des trucs que …. enfin bref …). Mais tu as compris, vote. (tu vas sur son blog, y’a un bouton bleu qui devient violet quand tu as voté, spa compliqué).

2.  Les grandes palmes de Saturnin dans des low boots à talons aiguilles ? Alors bon … Son côté freluquet lui donne des airs de minet et son prénom efféminé pourrait faire croire. Mais non. C’est bien un mec. Les godasses, je les connais par coeur : ce sont les miennes. Et sans déconner, s’il arrive à glisser ses pieds dans mon 40 c’est que vraiment …. (tu connais l’histoire des mecs aux petits pieds ? Miskin …) La seule hypothèse que je peux valider : il faut que je vienne aux GBA 2013. Donc Chordane, je sais pas comment tu vas te débrouiller, mais je te rappelle que ton avenir est en jeu. Et vue la hauteur des talons, c’est clair que je ne peux pas mettre ces godasses pour emmener mes fils à l’école. Une bonne action a toujours de bonnes conséquences. Çà tombe bien : je suis à Paris aux vacances de Toussaint ! Trop cool ! Çà te fait zizir hein ?

3. Le moins surprenant restent les ongles manucurés. Franchement, si tu ne savais pas que Jordane était fan, archi fan de blogs de nail art, et bien je te l’apprends ! Quand il ne sort pas le dimanche au prétexte qu’il ferait des allergies (à d’autres hein …) c’est parce qu’il met des tutos en pratique. Et oui ma bonne dame. Çà t’en bouche un coin hein … T’as déjà vu un mec avec des mains aussi nickel que ça ? Han han. Même chez les gays. J’ai vérifié.

Image

Donc dans mon rêve, il a un peu fait son coming out. Il avait du rose fuschia sur tous les ongles sauf un. Sur l’annulaire, il a mis du blanc avec un joli ruban rose. Parce que c’est vraiment, vraiment, vraiment un bon pote tu vois. On est un peu vache de l’appeler Saturnin, parce qu’en fait, quand il pelote les Polonaises, les Canadiennes et les Brésiliennes (les Françaises veulent pas …) c’est pour leur bien ! C’est pour dépister un éventuel cancer du sein. Je suis particulièrement touchée par son geste (Non ça va, je sais faire toute seule et puis il a de trop petites mains …). Un Nail art aux couleurs d’Octobre Rose … Il est pas charmant le bonhomme ? (Rhoooo, je viens de faire le rapprochement ! Naaan, il a de petites mains par rapport à mes seins, pas par rapport à ses pieds … )(on se rassure comme on peut)

Donc voilà. Tu sais que grâce à tes votes, Jordane va gagner, qu’il m’emmène aux GBA (Yeaaaah ! on va voir les copines blogueuses que j’ai pas yihaaaa !) et qu’il soutient (sans jeu de mots) Octobre Rose et le Nail Art

(Le Cancer du sein touche aussi les mecs. Il existe aussi d’autres cancers féminins qui tuent. Mais Jordane ne se sent pas encore de faire des pubs, nu pour Saforelle. Mais on lui en parle … en le menaçant d’anticiper le dépistage de la prostate …)

((Non Paula, il ne donne pas de sa nature pour que je fasse sa pub. Mais il râte un truc. Clairement. Mais c’est comme changer de vie : ça vient de l’intérieur du dedans de toi. Faut pas forcer. Et puis le bénévolat c’est bien aussi parce que en dehors de sa bouche … Ouiiiiii je me fais de la pub sur ton dos en glissant un lien ! Quelle fourbe suis-je ! ))

 
8 Commentaires

Publié par le 30 septembre 2013 dans Grosso Modo ...

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,