RSS

Archives de Catégorie: Je suis dépravée de partout

Flower

Je m’essaie (pour la dernière fois avant longtemps) à l’écriture érotique, à la demande d’Epsilon. Je t’avais dit qu’il me dirait des trucs en MP sur Facebook …

Si tu as moins de 16 ans, tu ne devrais pas lire ce texte … sans t’être assuré que tes parents soient loin. N’oublie pas d’effacer l’historique.

Les faits relatés relèvent de la fiction et n’ont rien à voir avec l’auteure. Alors … PENSE A TA MERE. Merci …

« Ce soir c’est Boogie Wonderland »

Je vais pas te la faire. Tu sais comment ça se passe quand tu as rencard. Tu récures la baraque de fond en comble, tu choisis le parfum, tu épiles au millimètre près ce qui dépasse, la musique, la bouffe. Bref, tu reçois comme ta mère t’a montré. Le but étant de pas trop en faire pour être sûre de bien recevoir aussi, tu me comprends …

Je sais bien qu’il n’en a rien à foutre de toute la romance autour. Et franchement, ça me soûle un peu aussi tous ces codes à la con. Je veux juste me faire tringler tu vois. A l’ancienne. Façon Neandertal. Les roses dans le cul du mammouth et le mammouth dans mon cul.

Bon ok. Fuck la cuisine. Je sors le vin, c’est déjà pas mal. De toute façon, c’est moi qu’il doit avoir envie de bouffer. Au menu, fricassée de loche et moule sauce blanche.

« J’ai envie de toi, on se voit quand ? »

 Nous avions passé la soirée de notre rencontre à nous dévorer du regard. Je le connaissais déjà par cœur. J’avais la certitude que j’aimerais sa façon de m’embrasser. Je savais que j’adorerais le caresser. Alors quand j’ai reçu son SMS, je n’ai guère tergiversé.

Je l’ai regardé arriver jusqu’à moi. Il était beau. Pourtant, il ne laissait transparaître aucune émotion, aucun désir. Je ne l’en désirais que plus. J’ai horreur du mec qui me scrute le regard torve, la bave au coin des lèvres. Je lui ai proposé à boire. Il m’a embrassée.

« En un baiser, il a tout résumé »

Pas le genre dalleux, à te bouffer la gueule et te défaire le make-up en un coup de langue. Genre baiser de bovin, tu vois ou pas ? (Mais pourquoi vous faites ça les gars ??? Je sais pas ! Tu t’entraînais pas sur les poupées de ta sœur ou autre … )

J’ai savouré sa bouche … suave comme les pêches sucrées de cet été que tu suces délicatement pour ne pas perdre une seule goutte de jus. Si soudainement enveloppée dans un cocon de sensualité, je n’ai pas réalisé que ses mains  caressaient déjà sous ma robe. Neandertal peut continuer à évoluer putain ….

J’avais raison. Il avait la peau douce et sentait naturellement bon les épices.

Je l’entendais humer mon cou tandis que ses mains levaient toutes les barrières de mes dentelles. Je m’étais fait belle pour lui et il ne me regardait pas. Il ne semblait rien avoir à faire de tous mes artifices de minette, vus et revus. Il pétrissait mon sein tandis qu’il me pressait fermement contre lui, mordillant délicatement mes lèvres. Complètement hypnotisée, je le laissai me dénuder. Il me trouvait belle, sans aucun doute. Il me désirait, manifestement. Il m’attira à lui tout en glissant ses doigts entre mes fesses. Il flattait ma croupe tout en malaxant habilement ma poitrine. En me serrant contre lui, il avait glissé une cuisse entre les miennes.

« Puis une main »

Il était dorénavant établi que je ne me ferais pas prendre comme une garce de passage. Rien à voir avec le coup de rein hygiénique, histoire de vérifier que la tuyauterie est encore en état de marche.

Il se frottait insidieusement entre mes cuisses, agaçant encore plus mes sens. Je l’entendais calquer sa respiration sur la mienne. Chaque inspiration faisait monter en moi un désir de plus en plus grand. Il allait jouer encore longtemps à m’exciter ? Et ses doigts glissés dans mon antre me faisaient cambrer de plus en plus lascivement. Franchement, j’étais mûre à point. Juteuse et prête à l’accueillir.

Le temps qu’il tombe le bas je minaudais sur le lit telle une chatte en chaleur, lui montrant mon giron, ronronnant presque. Jusqu’à ce qu’il m’empoignât***  les fesses.

Sa langue furetait doucement entre mes lèvres, suçotant, titillant. Je refusais totalement de laisser échapper le moindre gémissement, mais mon corps me trahissait : je serpentais sur le lit, la croupe offerte.

« Never say « never » … »

 Plutôt que de m’honorer, il choisit de m’outrager. Tenant en respect le fauve en moi, par de petits baisers dans le cou et le dos, il me pénétra par à-coups, doucement. Sans forcer. Comme on dépucèle une vierge. D’une main, il serrait fort la mienne, de l’autre, il tenait délicatement mon visage et observait le plaisir s’y exprimer. Dans le reflet de la vitre, je voyais son cul rond aller et venir. Je ne sais plus trop ce qui fit décupler ma délectation : son mouvement ample et assuré en moi, ou les idées lubriques me traversant l’esprit en le regardant faire. En attendant, mon bassin respectait le rythme qu’on lui imposait, tout en proposant des variations. Elle aimait ça, la salope …

Certains sports exigent des protège-genoux.

Certains sports exigent des protège-genoux.

Tous mes orifices étaient désormais acquis à la cause de son vît. Je le voulais, je le mangerais, je le dévorerais, je l’aspirerais en moi. Une nuit entière en harmonie, à se respirer, se goûter, s’empoigner. Jouir. Se reposer. Recommencer. Échanger des fluides. Suer. Hahanner. S’aimer …

Repus, en tout cas pour quelques instants, nous nous endormîmes l’un contre l’autre. Ce fut ma première nuit, nue près d’un homme. J’avais désiré que lui, reste près de moi. Il était le premier que je ne renvoyais pas par un prétexte fallacieux. Quoiqu’on en dise, finalement, je ne suis pas qu’une enculée …

***Imparfait du subjonctif ! Braaaaaaaaaa

 
 

Passe ta Party

Tout d’abord, je tiens à signaler au petit insolent qu’on « pseudonomme » DioGène que je ne suis pas à ses ordres et que j’écris quand je veux.
Au prochain rappel à la loi, je l’inscris de force à une Pastas Party !

Tu sais pas ce que c’est ? T’as rien loupé mais pour ne pas te faire avoir et niquer pour rien ton régime, je te raconte.

Jeudi soir, tapas bien arrosées avec ma pote So. Durant la soirée elle me propose une Pastas Party ce dimanche. Je me dis pourquoi pas, le concept est sympa. Je te signale qu’à ce stade de la conversation, j’ai du sang dans l’alcool et que ma compréhension du concept se résume à « je vais manger des pâtes ».
Donc la miss fait les résas et première couille dans le potage à la révélation du bouge où va se dérouler la soirée. Depuis l’histoire de la blogueuse qui doit se prostituer pour payer des dommages et intérêts, je ne prendrai pas le risque de te dire son nom, mais il sert de cantine à une école toulousaine …à Compans 😉

Donc dimanche venu, je m’apprête. Quand tu/je me sors à dîner, je fais un peu l’effort si tu veux. Parce qu’en fait, le principe de la Pastas party (by Meetic ! Hé ouiiiiii ) est de réunir en vrai des célibataires.
Histoire de ne pas trop nuire à ma réputation, je me la joue correcte, car je présume que les perpétuels dalleux de Toulouse seront présents. Un parterre de déjà-vus et déjà-rembarrés. Donc tu te sapes un peu pour faire « nananèèreu cette fois-ci non plus t’y goûteras pas ! »

Je me pointe donc au bouge et là, me voici à tenter de réprimer un fou rire : pire que les dalleux !!!! L’underground du célibataire ! Celui qui ne sort jamais !Celui qui met pas de photos sur ses profils ! Celui que tu crois même pas qu’il existe tellement c’est pas possible.
L’underground est vilain et maladroit. Un brin relou comme celui qui s’est pris une bourrasque. Petit, un oeil jaune, l’autre marron, qui parle vite dans une barbe qu’il n’a pas et qui vient nous raconter … qu’il est fatigué ! Mais euuuh ?!!!! Tu veux pas aussi qu’on te suce pour faire te monter la sève, connard ?! Bouge, bordel ! on parle de truc de filles !

Donc le principe est que tu te présentes à l’organisatrice (et putain l’organisateur quoi !!!! grrr). Elle te dit le nom de ta table. Tu vas ensuite rencontrer un référent de groupe et faire semblant de t’intéresser à la conversation des gens. Ha, et en apéro, sangria obligatoire. Ou eau ! En gros, si tu comptais apaiser ton début de dépression, autant te dire que s’pas possible …
So, 10 ans de plus que moi, trouve que c’est pas cool et veut qu’on soit à la même table. Du coup, j’ai râté une soirée avec le seul mec mignon présent (grand brun, yeux gris et bouche de … pff Yubia aide moi, comment on pourrait dire ? suceuse ça le fait pas pour un mec …), et je me suis coltinée la table des quadras …
Vive le vin, vive le vin, vive le mauvais vin ! Putaiiin ! Heureusement que je bois : ça a sauvé le truc …

Le repas …
Une bruschetta. Attends, t’excite pas ! On parle du bouge de l’école ! Donc ça consiste en une tartine intranchable au couteau, avec deux tomates dessus et du fromage râpé fondu. Le tout froid. Posé sur une feuille de laitue que tu pourras tartiner de vinaigrette apportée avant le service du plat de résistance.
Ledit plat ben, je te le donne en mille !! Des pâtes, des pâtes oui mais des dégolasses !! Penne au poulet sous vide (tu sais, çui en format kebab), et que tu noies sous du parmesan. Haa mais le fromage ne peut pas fondre vu que le plat est même pas vraiment tiède. Et je te dis pas le truc : le tout servi dans un grand saladier avec une louche. Demerd’a ou ! Vive le vin, vive le vin, vive le mauvais vin …
Ben pour le dessert, une mousse au sucre chocolaté et un smoothie pas dégueu …

Haan et pis les jeux !! Ho oui les jeux !!! Un quizz à faire en équipe !! Est ce que bidule porte un bracelet ? comment s’appelle la personne à droite de la référente de la table Machine ?
Et par table, des questions indiscrètes huuuuhuuuu : « pour ou contre l’épilation masculine ? » « Madame en cuisine et Monsieur au garage, qu’en penses tu ? » Mais celle qui m’a donnée une furieuse envie de me faire prendre sur le bar « joue à je te tiens par la barbichette avec ton voisin » Yiiihaaaa !!!!

Et tout ça pour 36€
pasta party

Je te jure, c’est la dernière fois. Et je crois que les machins genre OVS et Amiez risquent de pas me voir non plus ! au moins sur Adopte un mec tu te fais pécho par un connard beau gosse ! Mais là ! là ! Noooon ! Faut pas déconner !!!! C’était tellement nul que certains sont partis hyper tôt en prétextant devoir se lever aux aurores … heureusement qu’il n’y avait pas de sexe, ça aurait été vexant …

Bon, on a fini la soirée au Cactus, avec l’accueil formidable de Régine, autour d’un verre de vin. Bon cette fois-ci

 
7 Commentaires

Publié par le 29 juillet 2014 dans Je suis dépravée de partout

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

La Foire à la Saucisse

Tu n’as certainement pas râté ça : aujourd’hui, c’est la Saint Valentin !

Alors, en ce jour formidable où on célèbre l’amour sur les réseaux sociaux, les sites de rencontre et surtout pas dans la vie, je me devais de te faire un petit coucou approprié.

Je suis hétérosexuelle et cet article ne s’adresse qu’aux hommes. Surtout à ceux que j’ai croisé au détour de mon désoeuvrement, sur Adopte un Mec.com

(non reste copine ! On va se payer leur tronche un peu quand même ).

A toi, l’homme de site de rencontre ou de réseau social, je souhaite te dire bonne fête et merci pour ces tranches de rires et de surprises.

J’ai développé un talent. Mon dernier record : 40 mn. Le jeu consiste, sans trop d’effort, et sans demande de ma part, à obtenir une autre photo que celles que tu présentes sur ton profil

Mon profil adopte est plutôt basique. Je dis que je suis maman solo (donc forcément désespérée et chaude comme de la lave en fusion …), et que j’aime les hommes ayant de l’esprit. Je passe une fois, deux fois, trois fois sur le profil de ma cible. Je le choisis mignon, on sait jamais, il est peut être pas trop con. Et quand je vois qu’il fait le même jeu, j’engage la conversation. Et je guette !

« Sinon, je présume que comme moi, tu n’es pas là pour chercher l’amour ? »

Moi: – ben je cherche rien surtout …

Lui: Tu as des photos (ET BIIIIIM !)

Moi : Non, j’aime pas traîner sur le net

Lui : Et tu aimes quoi ? (Re BIIIIM)

Moi : Tout, sauf l’anal, les vieux, les enfants, les animaux et les cadavres. Et les photos et les films

( Putain ça te laisse de la marge pour me prendre pour une conne et me conter fleurette faire connaissance, non ?)

Moi : Et toi ? Tu aimes quoi . Parles-moi de toi … (je m’en fous hein … mais je suis un peu polie tu vois …)

Et comme je suis une fille facile, j’accepte très vite que tu m’envoies un sms.

Et donc parler de toi, signifie … envoyer des pornselfies !!!

De quoi en faire une bitothèque ma petite dame. De préférence les petites et moches ! Je laisse de côté tes problèmes psy mon gars et je m’interroge sur l’intérêt du truc …

1. Tu te résumes à … une bite ?

2. L’intérêt c’est quoi, en immortalisant ta trique, ça la fait durer plus longtemps ? Suspicion d’éjac précoce …

3. Ta maman t’a trop dit qu’elle était « troooop joliiie ta petite knacki, viens que je fasse un bisou « ? (Hey mec ! c’est un peu incestieux, tu sais …)

4. Tu la trouves jolie ? Avoue ! Et puis selon l’angle de prise de vue, tu lui rajoutes du centimètre en longueur et en largeur ? Hein, c’est ça ? C’est du marketing, en fait !

Faut que tu saches que même si tu l’instagram avec des petits papillons, offerte comme ça : ELLE EST MOCHE ! Elle n’a aucun intérêt ! C’est de la bidoche haram !

J’ai une pensée pour ma copine Ginie (quoi ? Tu connais pas ? Ta première connexion date d’hier ?! ). Elle n’a même pas le loisir de lire ta prose, tu lui mets cash tes attributs sous les yeux ! Bouffes-en de la saucisse !

Faut arrêter ça hein ! On n’est pas casteuse pour boulards ! Est-ce que je te montre ma chatte ?

D’ailleurs, je vais te la montrer !

Je suis épilée au poil près

Je suis épilée au poil près

 

Non parce que, c’est plus possible … Tu imagines la situation IRL ? Ca s’appelle une exhibition et c’est pénalement puni.

Soyons sérieux ! Fais au moi l’effort de faire semblant de savoir comment ça marche une femme ! Même une pute bénévole a besoin de se sentir respectée et désirée. Et on n’est pas des dalleuses! Tu te doutes bien que sur le supermarché du sexe on a de la ch’touquette en veux-tu en voilà …

Et puis à 40 balais, jouer à touche pipi … Vraiment ?

Ma mère avait raison (non j’rigole, pour elle, le sexe c’est sale … Elle a du souvent te rencontrer !)

 

Et elle avait raison !

 
12 Commentaires

Publié par le 14 février 2014 dans Je suis dépravée de partout

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Machines de guerre

J’aime bien l’expression qui consiste à comparer les femmes à des avions de chasse. Je l’ai encore entendue dans Secret Story 7 (rhooo ça va, on fait de l’audience comme on peut hein !), au sujet de Stéphanie (re-audience hinhinhin). Genre ? Les avions de chasse lâchent des bombes ? C’est ça la métaphore ?

Image

J’aime bien l’idée …

Je me mettrais plutôt dans la catégorie « Char Leclerc » si tu permets … Non parce que dans mon souvenir imaginaire, l’avion de chasse, quand il a lâché ses bombes, il trace tellement vite que tu le revois plus. En gros, ça donne une alerte à la bombe, et un largage. Donc par définition, toi qui qualifies la meuf d’ « avion de chasse », tu sais qu’une fois dévasté, tu ne la verras plus … Ha non ? t’avais pas compris ça comme ça ?

Le Char Leclerc est certes, imposant. Gros, ouais, n’ayons pas peur des mots. Mais ça a quelque chose de majestueux quand même.

Regarde le 14 juillet ! Tu le vois venir. Tu l’entends un peu aussi. Tu as le choix entre fuir (ce que beaucoup font. La peur me dit-on dans l’oreillette), et te laisser lentement massacrer. Au choix par un shot de canon (ouaiiiis, on a ça !) ou te laisser écraser par nos chenilles (la fameuse trace de pneu ? Ha non, ça c’est crade erk).

Non, du coup, je préfère être un char quand même. Sortir l’artillerie lourde. Quitte à faire la guerre, soyons sérieux et préférons le corps à corps du terrain et laissons les Mirage alimenter les fantasmes (rhooo putain je suis bonne, là !!!)

J’ai rencontré un mec à Paris (le mec d’une copine en fait). Bon je te fais le pitch, vu qu’elle est au courant. Donc on lui présente ce type. Ils sortent tous les deux acheter du vin. L’entremetteur et moi restons ensemble et il m’avoue que son camarade est plus branché Char Leclerc que Mirage. Le gars revient et avoue son penchant. Devant mes yeux étonnés, il affirme sans gêne que les grosses sont des cochonnes.

Ha c’est ça ?!! Bon, j’arrête d’être choquée. Mais en général, force est d’avouer qu’une fois qu’on parvient à accepter notre générosité corporelle, on assume aussi ce qu’on en fait.

Mon Willow (retiens son nom, il gagnera un jour le Concours Lépine : je compte sur toi mec !!!) me disait qu’en fait, ce sont les mecs qui n’assument pas les Chars Leclerc. En effet, j’ai lu sur un blog un connard qui écrivait que les grosses, les moches et les mères célibataires faisaient de super plans cul … parce que personne n’en voulait … je l’ai déjà traité de connard, non ? Me souviens plus … Je matche 2 sur 3 et je baise pas plus que ça, mec … Donc réellement, je crois que Willow a raison. Les mecs fantasment sur des avions de chasse, se tapent des F.A.M.A.S et n’assument pas qu’ils kifferaient de rebondir sur (dans ?) un Char Leclerc.

A l’époque où j’avais les moyens d’avoir une coach sportive perso, elle me disait de ne surtout pas espérer qu’elle me ferait sécher. Merde, c’est quand même pour ça que j’avais fait appel à elle ! Elle m’a expliqué qu’il était important que je garde du gras dans les hanches et le ventre, même si je trouve ça moche. Et j’ai appris ceci : c’est gage de bonne lubrification (et de fécondité … ). En même temps, faut huiler le Char, sinon ça grince …

Voilà ! Tu as mon mail dans l’article précédent ! Non je déconne hein !! JE DECONNE j’ai dit !!! … Et puis si tu crois que tu vas m’impressionner avec ta petite machette …

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

« Dieu vit que cela était bon »

« T’es vaginale ou clitoridienne ?« 

Et autres questions à la con que les mecs te posent car ils n’y connaissent rien aux femmes. Et auxquelles les femmes répondent car elles ne connaissent pas grand chose … aux femmes.

J’ai commencé dans le sexe vachement tôt. J’ai pu te raconter mes premières expériences masturbatoires dans la chambre des garçons, chez ma grand-mère. Je t’ai épargné mes expériences homosexuelles avec ma petite voisine dès l’âge de 5 ans (parents, surveillez vos enfants, car ils vous surveillent … elle voulait que je lui fasse comme papa faisait à maman : my first cunnilingus).

Bref, depuis fort longtemps, j’attire les convoitises …

Je me souviens d’une discussion entre copines au lycée où les filles parlaient de pipe. Je me suis longtemps demandé ce que des minettes de 15 ans trouvaient de si génial dans le fait de fumer des pipes … bien plus tard j’ai su que ça s’appelait aussi fellation, et je me suis souvenue de cette BD où le monsieur mettait son pénis dans la bouche de la dame … et elle n’avait pas l’air d’aimer ça ! Berk

Je ne te raconte pas non plus toutes les aventures et les exploits sexuels que je suis censée avoir eus. Ou encore le type qui refuse de sortir avec moi parce que « tu sembles vierge » et qui déchante quelques mois plus tard (tu te reconnais ? tu te mords les doigts hein ? )

Une copine lesbienne prétendait que j’avais plus de glandes sexuelles que la moyenne. N’importe quoi !

Tout ça pour te dire que je suis entourée d’une aura vraiment sulfureuse et je ne comprends pas pourquoi.

Certes, je parles cul, crûment … mais avec mes amis, des gens avec qui je me sens à l’aise …ou quand j’ai trop bu. In vino veritas … Ou tout simplement quand je l’ai décidé.

Du coup, j’apprécie moyen moins d’être pointée du doigt, tagguée sur des sujets sexuels et vulgaires. Je ne parle pas de MA sexualité : sauf avec mon partenaire potentiel. Il n’y a que lui que ça intéresse de savoir ce qui me plaît.

Par contre, je parle aisément de sexualité car je trouve ça déplorable, lamentable, pitoyable, hallucinant, et ce que tu veux encore qu’au XXI ème siècle le  sexe soit encore tabou. Les tabous, on en viendra à bout … Putain j’espère …

Pendant longtemps, et à cause de mon expérience et de mon éducation, je trouvais que le sexe c’était sale. Objectivement, c’est juste crade quand même, cette sueur, ces odeurs, ces sécrétions … Eeeerk. Et puis j’ai intégré que « Dieu vit que cela était bon« . C’est donc que ça ne sert pas qu’à se reproduire. C’est donc la raison pour laquelle on ne jouit pas à chaque examen gynécologique. Et tu sais quoi, je trouve ça plutôt bon en fait quand c’est bien fait … (tu connais la chanson « j’aime la levrette, savez-vous comment ? quand elle est bien faite … » )

Et donc je crois qu’il est essentiel d’apprendre aux femmes (et aux hommes) comment fonctionne leur corps, que le clitoris n’est pas juste un petit bouton mais bien un ensemble plus vaste, que toutes les femmes sont des fontaines.

Et j’ai aussi l’ambition de faire la même chose pour les hommes.

Une amie m’a proposé d’être l’ambassadrice de sa boutique de sextoys. Je m’en viens te demander ton avis. Et si je créais une page FB pour Fernanda sur laquelle je commercialisais les produits ? une page qui nous servirait à délirer et déconner ? A partager sur des questions de couple, de sexualité (je fais ça tous les jours, j’aurais jamais du faire droit), tout en gardant le ton de ce blog. Tu y participerais ? Activement ?

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

La Méthode Bonobo

Parfois la vie t’envoie des signes. Je suis assez sensibles aux signes …

Quand ton ex d’il y a 15 ans surgit d’outre-tombe, c’est bizarre. Puis quand ton ex de l’année dernière fait pareil, c’est spécial. Quand l’Homme marié te dit la même chose que tes ex, là c’est franchement chelou. Et puis y’a le mec d’Adopte que t’as même oublié son vrai prénom qui en remet une couche : on nage en plein X-Files !!!

Leur point commun : à un moment dans leur vie, je leur ai fait peur.

Mouhahahaaaaahaaa Mouhaaaaaaaa hin hin hin krrkrrrrkrrrrrr roulade avant arrivée jambes écartées !

En couple, je suis pas franchement la fille chiante. Mais je reconnais que je suis flippante.

Suis du genre à ressentir les choses. Oula, je t’ai mal habitué et ton esprit s’en va vers des contrées graveleuses ! Pffff (c’est biiien, je te félicite !). L’histoire c’est que je ressens deux types d’émotions. Les miennes et celles des autres. Façon éponge dégoulinante et « inséchable ». Alors quand je ressens ton amour mon amour, ou ton désir, ça passe encore. Mais ton stress, comment dire … Voilà ce qui se passe :

Tu stresses. Je m’imprègne de ce stress. Donc je stress. Comme je crois que je suis stressée, je deviens stressante. Comme je te stresse, tu stresses. Et comme tu stresses, je m’imprègne de ce stress. Donc je stresse. Et comme je crois que je suis stressée, je deviens stressante. Comme je te stresse, tu stresses.Normalement, même un bulot devrait avoir compris le principe, là.

Sauf que jusqu’à y’a peu de temps, je ne faisais pas vraiment la différence entre les émotions des autres et les miennes. Alors, je provoquais la situation, la discussion qui ferait tout capoter, de telle sorte à fuir lâchement. Quoi, j’assume hein !!! Quand tu n’as pas de vrai reproche à faire (bon, on a déjà dit que « t’as une petite bite et tu sais pas t’en servir », ça se disait pas, même si ça devrait être cause d’excommunion !), faut bien trouver une manière de sauver ses plumes. Comme on dit chez moi, « quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. » Et puis de toute façon comme on est stressés tous les deux …

Donc voilà. Quand je suis borderline, c’est parce que TOI tu es stressé. Parce que quand je suis stressée toute seule, je me cache dans un coin, je me fais toute petite, j’essaie de chercher la fraîcheur du silence et de la solitude. Quand j’éponge ton stress, j’essaie de te fuir, et je deviens ingérable. Ouala oualaaa ….

Pour ceux qui ont pénétré euh … ma vie, (enfin t’y as compris, hein), y’a bien la méthode Bonobo pour calmer le jeu. Il s’agit de prendre ou de se faire prendre (on n’est pas sectaire chez moi, tant qu’il y a prise …) fermement (genre, pas comme dans les films érotique de M6). C’est efficace pourquoi : parce que ça fait plaisiiiiir, et puis, une petite giclée … d’ocytocine ça sert à resserrer les liens. Une tite réconciliation sur la table de la cuisine, le stress retombe et la communication peut être restaurée. CQFD. Ne dis pas merci à Tata, je sais que tu savais déjà.

Brrraaaaak

Et puis pour me draguer (car la question m’a été posée), sois juste toi-même, évite les plans « fuis moi toussa », parce que ça me stresse et tu as compris que quand je stresse, c’est pas bon pour ton karma. Fais simple et original : sois toi-même. Parce que c’est ça qui me fait craquer. Ton côté un peu gogol, quand tu fais semblant d’être sûr de toi alors que tes cojones font les castagnettes, ton humour de baltringue. J’aime aussi quand tu fermes ta gueule : figure-toi que ce sont les moments où je te ressens le mieux. Dis moi juste que tu m’aimes … avant qu’il ne soit trop tard.

Allez les gars, je vous ai tous aimés.

Parce que tu me voulais et personne d’autre

Parce que tu étais un pauvre petit puceau arrogant

Parce que tu avais un rhume des foins

Parce que tu semblais si sûr de toi en rentrant dans l’amphi alors que tu es super timide

Parce que Déclaration de Cartier

Parce que tu es la douceur incarnée dans un regard bleu saphir

Parce que tu es l’amant du siècle, bordel de merde !

Parce que tu es pudique.

Parce que c’est toi. Parce que c’est moi. Et que c’était le moment.

Ne regrette rien ….

Surtout si la méthode bonobo n’a pas fonctionné …

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Saint Patron des voyageurs, mon c***

Alors, j’ai un coup de gueule !

Je vais entrer en guerre contre Saint Christophe.

Chris, mec, je te connais depuis l’enfance. Tu es le protecteur de ma paroisse d’origine.  Tu portes le Christ, toussa toussa. Bon, j’ai jamais compris l’histoire de la légende qui a fait le mythe, mais bon voilà.

Vois-tu, régulièrement tous les jours, je prends le bus. Parfois, pour bosser et partir en villégiature, j’use de l’avion ou du train.

Peux-tu m’expliquer le pourquoi du comment c’est toujours une vieille bavarde ou un laidron à tronche de puceau que je trouve assis à mes côtés ??? Tu m’en veux ou bien ?

Je ne dors pas dans les transports parce que je suis crevée. Juste pour ne pas voir, ni entendre, sinon je pousserais une gueulante et demanderais le remboursement. Comment tu veux que je chope et réalise mes pires fantasmes dans des conditions pareilles.

Tiens, rien que ce mercredi, dans l’avion du retour, je me retrouve assise dans l’avion à côté d’un troll à lunettes. Le gueux a pris toute la place sur l’accoudoir. Et il devait avoir les couilles bien grosses pour avoir besoin d’autant écarter les cuisses, bordel.

Et pendant ce temps-là, je suis morte de l’intérieur dedans moi-même en regardant les Spacers prendre place au fond de l’avion. OUI l’équipe toulousaine de handball. Même les gars de l’équipe technique sont sexuellement alarmants.

Ahem … Diogenes ZAGONEL … AAAAARGH

Tu sais ? Les Spacers ! Ceux qui auraient pu m’envoyer en l’air, me faire rebondir, toussa quoi. J’ai quand même rigolé avec l’un d’entre eux, celui assis le plus près de moi, soit 3 rangées derrière … mais bon ! Sans rire, ça favorise pas trop l’échange. Et avec les turbulences, plutôt crever que de faire semblant d’avoir peur en m’aggrippant au chewing gum trop mâché à ma droite. Berk !

Voilà, Chris : t’es pas cool comme saint. Fallait que je le dise.

Pas moyen de forniquer en paix avec toi, bordel …

 
16 Commentaires

Publié par le 2 décembre 2012 dans Je suis dépravée de partout

 

Étiquettes : , , , , , , ,