RSS

Archives de Tag: planche à repasser

Mademoiselle Bèlpère de Loches

Elle est bien bonne celle-là !

Non, je parle de moi figure toi !

Je suis bien bonne. Et je ne parle pas que de mon caractère.

J’ai des amies sur Facebook. Oui. Des filles qui sont pour moi un vrai soutien. Et pour qui j’espère être aussi présente. Avec certaines de mes amies, nous nous réfugions dans un groupe secret (j’aime, ça fait société occulte, hin hin hin, on danse en tenues de latex avec des fouets, toussa). L’une d’entre elles, ne m’ayant jamais vue, a eu cette  sortie ô combien délicieuse :  » Ha ouais, t’as vraiment pas la tête de tes nichons ».

Voilà, j’en rigole encore. Avec ma tête de gamine à peine pubère (je dis c’que j’veux !!!), elle m’ imaginait plate. Alors, comment te dire, Madame Chang  (ne me tape pas !!) …

Non en fait, je proémine à 95F. Tout cela est le fruit d’une belle évolution que je m’en viens de raconter.

Hier, dans un lointain très proche, j’ai eu 10 ans. L’année scolaire s’achevant, ma mère a planqué dans les armoires les jupes et les chemisiers blancs de mon uniforme scolaire. Comme chaque année, après les vacances, elle les ressortait pour préparer la rentrée. Cette fin de mois d’août vit poindre, subitement, sans teasing, le poitrail le plus convoité de sa génération.
Portant des chemisiers blancs, il était hors de question pour mon père de me permettre  des Princesse Tam Tam colorés comme ceux des copines. Les vieux m’emmenèrent donc aux Nouvelles Galeries, rayon lingerie. C’est ainsi qu’à 10 ans, j’eu mon premier soutal noir en dentelle, premier d’une longue série.

Pour te dire à quelle point mes hormones sont des connasses (en même temps, qui se ressemble s’assemble, non ? ou bien plutôt, vu qu’elles sont connasses, elles font de moi une connasse ? Ou l’inverse ? Quid de l’oeuf et de la poule ? Question existentielle …), je passai de que dalle (90 keud), à 90 C en un été !!! J’ai fleuri, quoi. Bloom mammaire.

Et là tu rentres en 6ème. Les minettes font de l’endurance. Et toi tu endures tes grosses loches. Tu te demandes à quoi ça sert. Mais c’est très joli ceci dit. Mais ça sert à rien.
En seconde, tu tombes folle guedin d’un connard. Un jour, enfin, tu te baisses pour lui claquer la bise (non parce que se lever par galanterie, c’est pas prévu). Ton encolure direct au niveau de ses yeux. L’enfant de salaud qui te sort : « Mon Dieu, mais tu pourrais étouffer un boeuf avec ça !  »
Haaan, ça sert à ça ! Ben viens doudou que je t’assassine de mes voluptés …

Bon, en attendant, j’ai quand même attendu pour qu’un mec joue avec. Et depuis, je ne les laisse pas y toucher. Nan, parce que tu vois, comme c’est gros, ces nullos pensent que ce n’est pas fragile. Mes si délicates gougouttes (comme c’est moche !  c’est pire que loche !). Et puis, j’ai pas fait Droit notarial, mais je sais gérer le patrimoine (sessual joke insaïde …)

Hé tu sais qu’on peut avoir un orgasme rien qu’avec ses seins ? Moi je sais !

Bref.

 

Tout ça pour te dire que c’était la Fête  de la Galoche, il y a peu. Et que je me suis offert des soutals pas trop moches pour couvrir mes admirables loches (amis de la pwésie)

Si jamais, toi aussi, tu souhaites couvrir ma nudité et contenter les regards concupiscents des hommes (et des femmes) qui me croisent, je chausse du 95F (soit 2 mains par seins …)

(bon, me suis marrée toute seule à faire mes tags : jamais je n’aurai un bon référencement !)

 
11 Commentaires

Publié par le 19 février 2013 dans La mode me veut du mal

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,