RSS

Archives de Tag: confiance

Ce que je sais de Fernanda

Des fois, les larmes ne se voient pas

Des fois, les larmes ne se voient pas

 

Elle est née le 28 mai 1979, à Fort-de-France, en Martinique. Comme un cadeau offert un jour de Fête de mères, à son adolescente de daronne. Cette dernière est arrivée à la maternité de la Redoute, assise à l’arrière de la Chapi de celle qui deviendra sa soeur.

Ca y est, lecteur, je t’ai perdu.

Comme beaucoup, je ne suis pas une enfant désirée. Je suis un accident de parcours dans la toute jeune vie de ma mère. Elle a eu une histoire trop agitée, fréquenté les mauvaises personnes, et elle moisit en foyer de réinsertion. A 51 ans.

« On » m’a dit qu’elle traînait les rues, buvait de l’alcool, fumait de l’herbe. Je suis donc un miracle : un beau bébé, avec tout bien placé, et un énorme QI.
Quant à celle qui deviendra ma sœur, il s’agit de l’homonyme de ma mère. Son amie d’enfance. L’assistante sociale qui a fait son travail avec les pieds, m’a placée en famille d’accueil sur l’insistance de mes sœurs, parce que ça semblait une maison correcte. Il y a eu un jugement provisoire. La Justice m’y a oubliée. Aucun contrôle. Rien. Comme dans la maison de l’un de mes pères présumés, j’aurais pu y être battue et violée, personne n’aurait su.

Et personne n’a su, sauf ma sœur, que je passais de la violence physique à la violence morale. Et quand elle est morte, il y a 2 ans, j’ai appris que ma « mère adoptive » ne me voulait pas. C’est donc pour cela que je n’ai jamais été présentée comme étant sa fille, mais « comme la petite qu’elle a recueillie ». Comme son trophée. Sa bonne action. Et de fait, je lui suis « redevable » car, « sans [elle] j’aurais fini à la DDASS ». D’ailleurs, point de rébellion possible si tu ne veux pas « finir au foyer de Rivière l’Or » ! Elle m’a longtemps dit qu’elle ne m’adopterait pas parce que j’avais déjà une mère. En fait, c’est seulement parce qu’elle ne veut pas de moi. Et oui on va me parler encore de ma scolarité en école privée, de mes chaussures et mes robes de luxe. Oui, oui, oui. Très approprié quand tu vis en cité et que tu portes un uniforme. Je sais, je suis redevable …

Je ne connais pas mieux ma famille d’origine, tu sais. Celle dont je porte le nom. Je bénis ma tante religieuse et ses nièces pour tous leurs efforts d’intégration et l’amour enveloppant qu’elles me portent. Mais. Mais souvent, je ne me sens pas à ma place dans cette famille. Et elles n’y sont pour rien. Je me sens comme l’erreur de jeunesse, l’échec d’une éducation bourgeoise. Et encore, je ne sais pas vraiment. Comme dirait ma « mère », je suis « une demoiselle T.  »
Même ressenti du côté de ma famille paternelle. L’autre père, le petit bourgeois, pas le rasta. Même si ma daronne a beau dire que ce n’est pas mon père. Elle le déteste. Ou elle l’aime trop. Ce n’est pas de sa faute si ma grand-mère, honteuse, l’a exilé à Paris. J’ai fait sa connaissance à l’âge de 16 ans. Je regrette. Il peut crever, j’en ai rien à foutre. J’ai su à l’annonce du décès de mon grand père, il y a 2 mois, que ce dernier avait des sœurs. Voilà.

Voilà pourquoi la famille a un sens. Pourquoi j’en rêve. Pourquoi je me suis mariée avec le premier tocard qui m’a demandé. Pourquoi ce que tu penses être un petit bout de papier à la con, a une importance capitale pour moi. N’être vraiment la fille de personne. Devenir la femme de. Tâcher d’être une bonne mère pour.

Alors tu vois, côté émotions, j’ai le cortex préfrontal un peu saturé. Je suis une éponge. Je ressens les choses et les gens, je les appréhende, je les anticipe. C’est ça être surdoué. On n’est pas des bêtes de cirques, juste capables de résoudre des équations mathématiques de tête. Ma daronne le peut, elle m’épate. Moi, je suis archi nulle en maths. J’ai d’autres talents, t’inquiète. Mais les émotions, quel bordel.

Parfois, ça vous saute à la gueule comme ça …

Et donc dimanche soir, j’ai eu une réaction épidermique. Je devrais plaindre ma victime, mais je doute de son innocence. Un peu à cause de tout ce que j’ai expliqué plus haut (même si tu ne vois pas le rapport avec l’affaire), j’ai pris l’habitude de fermer la gueule à mes émotions, pour ne pas déranger, pour faire plaisir, pour ne pas … finir à Rivière l’Or, ou en foyer de réinsertion. Et ma raison, cette salope, prend le dessus. Elle est capable de me faire croire les pires trucs pour peu que mes émotions ferment leur gueule et restent coincées dans mes amygdales.
Mais tu vois, des fois, je m’attache aux gens. Les émotions sont en équilibre avec la raison. Je mens quand je dis que je me donne totalement. Je ne sais pas exprimer ma joie, autrement que par un sourire figé qui ressemble plus à un rictus. Et quand je suis triste, il faut bien plusieurs jours avant que j’aie une fuite urinaire oculaire. Ça me gonfle. Littéralement.

Dimanche soir, j’aurais préféré me prendre vingt fois un coin de porte dans le petit orteil plutôt que de lire/ressentir qu’on ne me faisait pas confiance. Parce qu’on dit que la confiance se mérite. Et mon cerveau de handicapée émotionnelle se demande forcément (quand la raison ferme sa gueule) ce que j’ai bien pu faire pour ne pas avoir mérité qu’on me fasse confiance. Ne suis-je pas respectable ? Alors parfois, ma raison, prise de remords, me dit que les gens normaux ont besoin de temps. Et je repense à mon Roudoudou qui me demande « du temps pour quoi ? lasser tes godasses ? »
Parce qu’en vrai, quand tu ressens les émotions des autres, encore plus fort que les tiennes, quand les situations semblent claires et l’horizon dégagé, tu ne comprends pas pourquoi tout n’est pas plus simple. Tu pourras venir avec toutes les excuses de la terre, je les entendrai. Et c’est aussi pourquoi je ne comprendrai pas que tu ne me fasses pas confiance.

Et c’est à cause de tout cela que je me sens aussi facilement rejetée. Que j’ai pris chaque SMS où tu penses t’expliquer comme une volée de coups de bâtons.

Et c’est pourquoi c’est le second été que je pleure ma sœur. Elle est morte en décembre. Mais les vacances d’été ont toujours été le temps de nos retrouvailles.

Et c’est pourquoi je veux vivre en Région parisienne. Parce, finalement, la ligne A du RER est mon refuge. J’ai eu l’espoir plusieurs fois de voir ses jambes nues et son genou crochu galoper dans les couloirs. C’est pourquoi j’ai peur d’aller dans le 9ème par crainte de ne pas la voir dans les rues, fouinant dans les boutiques, à la recherche d’une bricole pour moi.
Depuis elle, personne ne m’a fait confiance aveuglément. Je n’ai jamais eu à composer avec elle. Je n’ai jamais eu à lui être redevable (et pourtant, je lui dois la vie …). Elle m’a appris à ne compter que sur moi, tout en étant toujours dans les parages. Même le temps d’un été. Elle a cru dès mes débuts sur cette terre, en mon avenir et mes capacités. Son amour, malgré son absence physique a rendu ma vie féconde.
Pourtant, avec cette blessure purulente que tu as réveillée, mon ami, j’aurais bien besoin de ses mains chaudes qui me caressent l’intérieur du bras avant de m’envelopper dans les siens.

Désolée. Mon mode d’emploi n’est pas au point, ni même traduit dans toutes les langues. Mais en gros, je gère les émotions avec la maturité d’un enfant de 2 ans. Promis, j’apprends cet été, je me fais accompagner d’une étiothérapeute.

Alors si la confiance se mérite, qu’il faut laisser le temps au temps, que la pudeur est une vertu remarquable, et que pardieu, la patience est la mère des vertus, hé bien pardon de ne pas avoir les réactions respectueuses des convenances. Sur ce chemin, je marche peut être trop vite, et c’est peut être pour cela que je boîte. Peut être devrais-je fermer ma gueule et t’attendre ? C’est hyper difficile, ça … Je ne sais pas trop, avant je faisais juste l’effort de fuir. Vite et loin. J’ai envie d’essayer autre chose … Je suis preneuse de toute bonne idée.

PS1 : M’a fallu un effort de guedin pour écrire ça. Je me sens à poil un 14 juillet, debout devant la tribune présidentielle, sous les caméras de France Télévisions, là …

PS2: Désolée Epsilon, je pense que tu vas encore en bouffer des mes émotions « futiles ». Je t’aime quand même spèce de malpoli…

Publicités
 
21 Commentaires

Publié par le 2 juillet 2013 dans On est deux dans ma tête

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Le Billet pas drôle

Quand je te proposais de faire connaissance, je t’ai parlé des apparences. N'imagine pas c'est dégueulasse !

Je te disais que sous des airs bon enfant pouvaient se cacher de sacrées connasses. Inversement, sous des airs de sacrées connasses, il peut y avoir des gens super adorables, voire carrément fragiles.

Je t’ai parlé aussi de ma coach, Elisabeth. Tu vois, mine de rien, on apprend à se connaître. Jusqu’à il y a peu, je pesais 115 kgs. Je pense qu’au delà, j’aurais explosé. Au début, j’ai cru que c’était mon alimentation. Attention, quand je dis « au début », c’est longtemps avant de péter les balances ! Alors, j’ai fait divers régimes. Leur point commun: je prenais du poids pendant la phase de perte de poids. Tu comprends que j’aie vite arrêté ces conneries… Et puis, je me suis demandé ce que mon corps voulait me dire. Est-ce qu’un corps peut parler ? Mes recherches m’ont montré que les dents parlent, les maladies parlent… Alors, que m’a dit mon corps ?

« Hé bien ma grosse! Tu n’as pas confiance en toi, voilà tout! Tu bouffes bien, même si tu grignotes un peu par-ci par-là. Mais bon, là tu sais déjà pourquoi tu grignotes, donc tu es presque guérie. Cette putain de confiance en toi que tu n’as pas, fait que tu crois toujours ne pas être à ta place, que tu crois être impertinente. A cause de cette grognasse, tu m’as fait morflé avec tes régimes à la con! Tu m’as même fait lire Dukan! Tu refais un truc pareil (lire Dukan, pas faire le régime, tu n’es pas débile, je le sais) et je fais une allergie à la viande au cas où choper la chiasse à force de te baffrer de protéines ne te suffirait pas !!! « 

En gros, j’ai pris du poids parce que c’était la seule façon pour moi de prendre de la place, d’avoir du poids dans les débats… vas-y, je vais pas te faire le champ lexical entier, tu as compris !

Depuis, j’ai vachement (nan, ne le prends pas pour le champ lexical de la grossitude) avancé, entre thérapie et coaching. J’ai appris que mon corps n’avait pas besoin de quantité importante de nourriture. Donc j’ai fait une sleeve gastrectomy en janvier dernier. Du coup, je semble manger moins, mais je mange autant qu’avant (hé oui, une grosse qui ne mange pas! Cerveau de merde!!!), mais je n’ai plus de place pour le grignotage, et la sensation de satiété arrive plus tôt. Du coup je perds du poids. Du coup j’ai les bras qui ressemblent à une manche à air. Du coup, j’ai changé de taille de sapes.

Mais je reste une grosse connasse ! Une connasse qui a confiance en sa connerie, en plus, tu vois !

Une autre fois, je te raconterai la bêtise des professionnels de santé. Mais là, je veux surtout parler de toi, mon ami, ma coupinaute.

Parmi toi, tu ne te serais jamais douté, surtout si tu me connais depuis longtemps, que je n’avais pas du tout confiance en moi. Tu n’auras jamais deviné ces doutes intérieurs, ces questionnements.

Je te donne des exemples?

Gillian, 6ème. Ce que je la détestais cette poufiasse ! J’aimais passer du temps avec Maud et Sandra. Elles étaient super gentilles, depuis le primaire. Mais manifestement, je ne cadrais pas avec la « personnalité » de Gillian – tronche-de-veau. Du coup, je n’ai pas trop insisté.

En 4ème, j’ai voulu m’intégrer dans un groupe de filles. Du coup, j’ai du faire un pacte avec moi-même: me faire violence. On conseille souvent aux ados d’apprendre à rire d’eux-mêmes. Mais quand rire de soi n’est pas naturel, finalement, on se blesse et on se perd. Car tout chez moi était devenu risible…Et putain, je suis hyper susceptible en vrai: tu sauras! Dis pas qu’on t’a pas dit !

Et puis quand je tombe amoureuse, le fameux syndrome de la bonne copine, si cher à Deb-Jane-DropDeadDiva!  Merde connard! Je ne suis ni ta soeur, ni ton amie, je veux être ta pouffe !!! Tu sais? Celle que tu mdkj nesei^nhguirfd ieûr nzpekdPµ§§MTRZA (désolée, ça a été crypté….). Ca a été valable aussi pour Da Cream. Même en étant éperdument amoureuse de lui à en crever, j’ai eu l’habitude toutes ces années de voir les bombasses défiler dans sa vie. Si bien qu’à aucun instant, je n’aurais pu imaginer qu’il puisse imaginer me  ^jgqd,jt^r$ejeoc,az=zrz ùù’_-éçèej (Oops! encore crypté…). Mais si ça se trouve, il a pu avoir souvent mal au slip à cause de moi (tiens, et là ça ne crypte pas ?). Saura-t-on un jour… Mais pire, si Da Cream avait été le seul, mais non !

Pas plus tard qu’hier, j’ai fait la conne sur FaceBook pur un stupide conseil en droit social… Quand tu n’as pas confiance en toi, tu accumules, tu stockes, tu ne digères pas, tu te fais de la bile, tu te mets la rate en cout-bouillon, tu te fais chier. Et surtout, rien ne va dans ta vie. Alors va voir un prêtre, un rabbi, un imam, un pasteur, un gourou, personne, un coach, un psy. Bref, mais soigne moi cette vilaine maladie, diantre!

Mon ami, ma coupinaute, je veux que tu saches que je suis quelqu’un d’exceptionnel, bourrée de talents dont tu bénéficieras (pas forcément gratuitement, faut pas pousser pépé dans les escaliers non plus).

Je veux que tu saches que je vais t’aimer d’amour, mais que si tu me gaves, je te vomirai aussi (rapport à mon estomac que j’ai plus).

Je veux que tu saches que je suis heureuse de prendre ce nouveau chemin vers moi avec toi si tu le veux bien , promettez-vous de me chérir jusqu’à ce que le web meure.

Parce que comme dirait Saint Augustin (faut que je te culture un peu, tu ne peux pas rester dans cet état d’ignorance, ça fait tâche dans les dîners…) :

« Personne ne peut être connu, sinon par l’amitié. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 
5 Commentaires

Publié par le 6 avril 2011 dans On est deux dans ma tête

 

Étiquettes : , , , , , ,