RSS

Archives de Tag: bite

La Foire à la Saucisse

Tu n’as certainement pas râté ça : aujourd’hui, c’est la Saint Valentin !

Alors, en ce jour formidable où on célèbre l’amour sur les réseaux sociaux, les sites de rencontre et surtout pas dans la vie, je me devais de te faire un petit coucou approprié.

Je suis hétérosexuelle et cet article ne s’adresse qu’aux hommes. Surtout à ceux que j’ai croisé au détour de mon désoeuvrement, sur Adopte un Mec.com

(non reste copine ! On va se payer leur tronche un peu quand même ).

A toi, l’homme de site de rencontre ou de réseau social, je souhaite te dire bonne fête et merci pour ces tranches de rires et de surprises.

J’ai développé un talent. Mon dernier record : 40 mn. Le jeu consiste, sans trop d’effort, et sans demande de ma part, à obtenir une autre photo que celles que tu présentes sur ton profil

Mon profil adopte est plutôt basique. Je dis que je suis maman solo (donc forcément désespérée et chaude comme de la lave en fusion …), et que j’aime les hommes ayant de l’esprit. Je passe une fois, deux fois, trois fois sur le profil de ma cible. Je le choisis mignon, on sait jamais, il est peut être pas trop con. Et quand je vois qu’il fait le même jeu, j’engage la conversation. Et je guette !

« Sinon, je présume que comme moi, tu n’es pas là pour chercher l’amour ? »

Moi: – ben je cherche rien surtout …

Lui: Tu as des photos (ET BIIIIIM !)

Moi : Non, j’aime pas traîner sur le net

Lui : Et tu aimes quoi ? (Re BIIIIM)

Moi : Tout, sauf l’anal, les vieux, les enfants, les animaux et les cadavres. Et les photos et les films

( Putain ça te laisse de la marge pour me prendre pour une conne et me conter fleurette faire connaissance, non ?)

Moi : Et toi ? Tu aimes quoi . Parles-moi de toi … (je m’en fous hein … mais je suis un peu polie tu vois …)

Et comme je suis une fille facile, j’accepte très vite que tu m’envoies un sms.

Et donc parler de toi, signifie … envoyer des pornselfies !!!

De quoi en faire une bitothèque ma petite dame. De préférence les petites et moches ! Je laisse de côté tes problèmes psy mon gars et je m’interroge sur l’intérêt du truc …

1. Tu te résumes à … une bite ?

2. L’intérêt c’est quoi, en immortalisant ta trique, ça la fait durer plus longtemps ? Suspicion d’éjac précoce …

3. Ta maman t’a trop dit qu’elle était « troooop joliiie ta petite knacki, viens que je fasse un bisou « ? (Hey mec ! c’est un peu incestieux, tu sais …)

4. Tu la trouves jolie ? Avoue ! Et puis selon l’angle de prise de vue, tu lui rajoutes du centimètre en longueur et en largeur ? Hein, c’est ça ? C’est du marketing, en fait !

Faut que tu saches que même si tu l’instagram avec des petits papillons, offerte comme ça : ELLE EST MOCHE ! Elle n’a aucun intérêt ! C’est de la bidoche haram !

J’ai une pensée pour ma copine Ginie (quoi ? Tu connais pas ? Ta première connexion date d’hier ?! ). Elle n’a même pas le loisir de lire ta prose, tu lui mets cash tes attributs sous les yeux ! Bouffes-en de la saucisse !

Faut arrêter ça hein ! On n’est pas casteuse pour boulards ! Est-ce que je te montre ma chatte ?

D’ailleurs, je vais te la montrer !

Je suis épilée au poil près

Je suis épilée au poil près

 

Non parce que, c’est plus possible … Tu imagines la situation IRL ? Ca s’appelle une exhibition et c’est pénalement puni.

Soyons sérieux ! Fais au moi l’effort de faire semblant de savoir comment ça marche une femme ! Même une pute bénévole a besoin de se sentir respectée et désirée. Et on n’est pas des dalleuses! Tu te doutes bien que sur le supermarché du sexe on a de la ch’touquette en veux-tu en voilà …

Et puis à 40 balais, jouer à touche pipi … Vraiment ?

Ma mère avait raison (non j’rigole, pour elle, le sexe c’est sale … Elle a du souvent te rencontrer !)

 

Et elle avait raison !

 
12 Commentaires

Publié par le 14 février 2014 dans Je suis dépravée de partout

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

She Wolf

Il était une fois un Petit Chaperon rouge qui rencontra le Loup en forêt. Je te résume le truc : la forêt c’est ton for intérieur, le rouge, la passion et la perte de la virginité (le blanc), le Chasseur, c’est le daron qui arrive trop tard, la Mère grand, c’est la femme plus âgée qui en quelque part ne veut pas reconnaître que la fillette a grandi, et le Loup …

Ben le Loup c’est ce que tu recherches depuis que tu l’as rencontré la première fois, petite coquine … Alooors ? Il avait de grandes dents, vilaine curieuse ? En plus de l’excitation de vivre quelque chose d’inouï dans ta vie, de débuter ta vie de femme, tu as goûté à la puissance des hormones sexuelles ! … et de fait depuis, tu as le feu au cul …

On méprise les hommes, haaa ces coureurs de jupons et blablabla. Mais crois-moi, quand ils décident de faire grève de la braguette, ça ne les rend pas malheureux.

Tandis qu’une femme, quoiqu’on en dise, elle devient hystérique. Tu sais ? L’hystérie ? Cette maladie inventée par les hommes ? Mais siii ! « Elle est trop nerveuse ». « Elle est tout le temps triste ». « Elle est accro au sucre ». « Ha ! Mais c’est à cause de la Lune, ça !  »

Ouais, même que des fois on se transforme en loups-garous banane ! (euh c’est pas raciste hein !)

Et tu sais comment on soignait l’hystérie : ablation de l’utérus dans les cas « les plus graves » (aux yeux des médecins-hommes, hein, évidemment …), électrochocs, douches froides … et stimulation digitale. Et en fait c’est ce qui marche le mieux tu vois : c’est grâce aux Saintes Hystériques que nous avons aujourd’hui le Vibromasseur.

Bon … finie la page médicale, on se croirait sur Wikipédia.

Ce que j’essaie de te dire, Chaperon rouge, c’est qu’avoir des pulsions sexuelles, ce n’est pas grave. Se sentir frustrée, ce n’est pas grave. Aimer se faire pécho sur un coin de table, ce n’est pas grave.
Ce qui est dommage, c’est l’univers ultra romantique qu’on met autour : « faire l’amûûûr »

Précédemment, je t’encourageais à savoir ce que tu veux. Si tu veux juste un plan cul, assume. Pourquoi l’enrubaner dans de faux sentiments. Se persuader d’être amoureuse ? En fait, c’est juste normal, par moment, d’avoir besoin de se faire tringler. Je ne vais pas m’excuser ici d’être vulgaire, d’une tu es habitué, et deuze, ça justifie mon propos. Comme dirait Frigide, « appelons une chatte, une chatte ».
On sait très bien toi et moi, selon ton fonctionnement bien sûr (période du cycle ou laps de temps entre deux histoires), que ça va te reprendre : tu vas te mettre à courir le bois avec ton petit panier. Et tu vas rencontrer non pas Charmant, mais le Loup !

Oui le Loup ! Dans la forêt, au lieu d’affronter tes angoisses primitives et tes désirs les plus violents, ceux-là même qui insultent probablement ton éducation voire ta religion, tu vas fuire, courir, vite … vers le Loup.

Je la trouve très conne et inconsciente la maman du Chaperon rouge, de dire à sa fille de se dépêcher, et ne pas tarder dans le bois. Parce qu’au final tu te rends compte que, de toute manière, elle va se faire bouffer. En errant un peu, la petiote aurait appris à se connaître, elle se serait dévêtue de son chaperon, aurait probablement sali sa petite robe proprette. MAIS, elle se serait repérée dans cette forêt. Elle aurait appris à reconnaître les arbres, à faire son chemin et déjouer les manoeuvres du Loup.
Meuh nan ! on l’habille en rouge passion et on lui met dans le crâne qu’il faut « faire l’amour ».

A mon sens, ça donne deux types de gonzesses :
– la frustrée qui attend Charmant (et ne s’aventure jamais dans la forêt)
– l’amère, qui court et se fuit et tombe …. dans la gueule du Loup.

Tu sais bichette, j’ai été amère. Une vraie peau de pamplemousse …

Je n’ai pas reçu d’éducation sexuelle. J’ai compris que je devenais adolescente en lisant Dolto. Je n’ai jamais su pourquoi j’avais de si gros seins (mais pourquoi, bordel ?). Quand j’ai eu mes premières règles, on m’a juste dit : »attention aux garçons, tu peux désormais tomber enceinte (quand tu connais ta genèse, tu sais que c’est la pire des choses qui puisse arriver, ça et devenir rasta), et ne t’assieds pas sur leurs genoux ». A 34 ans, je ne m’assieds toujours pas sur les genoux des garçons, ça me met mal à l’aise … mais je sais pas pourquoi …
Je suis tombée amoureuse. Il y a eu cette première fois et celles d’après avec ce garçon formidable. Et d’autres fois avec des garçons fort minables (ouaiiiiis j’ai osé écrire ça !)
Et un jour j’ai rencontré Christophe qui a eu cette phrase d’une rare … connerie : « ma pauvre chérie, arrête de chercher l’amour. Tu cherches l’amour et au final tu te fais baiser. Faut te faire une raison : il y a celles qu’on aime et celles qu’on baise. Tu comprends … »

Ouais je comprends que tu n’es qu’un affreux connard, mon ami (et une petite bite. Depuis je hais les petites bites. Je suis raciste de petites bites). N’empêche que j’y ai cru. J’ai cru longtemps qu’on ne m’aimerait pas. C’est simple. Il suffisait d’être clair dans ta requête : tu me plais, on baise. Basta. Alors oui des bites j’en ai vu passer, ma pauvre dame … Trop. « Trop » est une notion toute personnelle. J’ai une amie qui fait monter son compteur à 200, elle trouve ça correct. Le chiffre me donne une sensation de deep throat, tu vois, quand ça titille trop la luette …

Si j’avais appris dès le départ à apprivoiser la forêt, je n’aurais jamais compris le désespoir de Vitaa (elle me fait de la peine, toutes ces années qui passent et toujours le même problème … Hey miss, envoie moi un mail et je te coache ! )

.
Seulement, prends le temps de te poser. Demande toi pourquoi tous ces échecs. Pourquoi tous ces mecs ? Toutes ces histoires qui se ressemblent ? Tu as couru trop vite dans la forêt. Prends le temps de t’y poser, utilise le petit pot de beurre (de toute façon la Vieille crèvera tôt ou tard, et tout ce qu’elle a à te transmettre c’est son désir du Loup qu’elle attend vautrée dans son lit :  elle trouvera aut’chose pour se lubrifier …). Apprends à te repérer en toi, en tes désirs, tes pulsions. Tu n’es pas obligée d’obéir à ta mère, c’est à dire ses croyances à elle, son éducation à elle. Tu as ce devoir envers toi-même de connaître la Femme qui sommeille en toi, de l’épanouir et de la protéger de tous les Christophe-Petite-Bite du monde !

Et sers toi de tes doigts, bordel ! Nooon ce n’est pas sale !

Oui. Tu as le droit d’avoir des besoins purement sexuels et de les assouvir. Comme pour tout, l’excès nuit et c’est cela qui doit alerter. Car tu es une Femme, un réceptacle du Sacré et pas un sacré sac à foutre … Tous les Loups qui passent n’ont pas à te mettre la main au panier.

Il n’y a pas de jugement à avoir sur la sexualité d’autrui. On ne parle pas d’organes sexuels qui s’emboîtent, mais de rencontre de deux âmes. Coming soon (enfin tu sais que chez moi « soon » est relatif … et on quitte ce blog sans râler ! Merci !)

Bon, pour cette fois, on arrête de croire qu’on est l’héroïne d’un mauvais Harlequin et on assume … la Louve en soi

le petit chaperon rouge, loup dessine, moto 157628

 
8 Commentaires

Publié par le 22 novembre 2013 dans Love coach

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Lettre à JordanE

… et à celles que j’aime et qui galèrent.

« Mon bon pote,

j’ai lu ton dernier article. J’ai kiffé, tu penses bien, il y avait encore un chat …
J’ai kiffé aussi parce que c’est une thématique qui m’est chère. Les hommes et les femmes qui viennent de la même planète mais ne vont pas dans la même direction.
Les femmes et leurs exigences. Les hommes et leur lâcheté. Désir, passion, amour, illusion …Je crois que tout cela n’est que plusieurs facettes d’une même réalité.

Au départ, on s’attend toujours à rencontrer l’autre. Mais on a peur. Peur de sourire, peur de soutenir un regard. Je m’en suis rendue compte durant mon séjour parisien : c’est péché de se regarder dans les transports en commun.

On privilégie alors les relations épistolaires. Parce que c’est plus facile de se dévoiler à un inconnu; et d’écrire le scénario idéal. Et puis le monde aujourd’hui, est un village à l’heure d’Internet. C’est plus facile de se dire, de se (la) raconter, plutôt que d’être. La peur, encore … Tu dis vrai quand tu parles des jeux de séduction qui n’existent plus. C’est quand même réducteur de ne voir l’autre que comme un sex toy rechargeable.

D’ailleurs, les rencontres ne sont plus guère que sexuelles. L’autre comble un vide, répond à une pulsion. C’est comme une envie de McDalle quand tu es enceinte … Pathétique.

JordanE, je pourrais continuer à pleurnicher longtemps, je sais que tu adores ça (lol). Mais, je vais tenter pour une fois l’optimisme, qui est ma vraie nature.

Il me semble que ces exigences accumulées, ces lâchetés, ces chasses interminables « plus intéressantes que la prise » (moi je suis une vache, j’attends dans le pré, pas besoin de chasser …) proviennent d’une peur ancestrale d’être abandonné, de rester seul. Comme une besoin viscéral de dire « moi je suis cap d’aller vers toi ».

Quant à la capacité de rester …

Tu sais, on « déséduque » les filles en leur disant qu’elles doivent absolument avoir une sexualité libérée, masculine. Et on en fait des sacs à foutre. On oublie qu‘une femme tombe amoureuse en faisant l’amour, l’ocytocine, notre hormone favorite, cette salope, nous lie fermement au plus parfait fils de pute. Alors, en pensant trouver la liberté de choisir, en passant de bite en bite, elles finissent seules et désabusées. Exichiantes comme tu dis.

Finalement, on ne sait pas trop ce que vous attendez, vous les mecs. Je crois simplement que dans la chasse, c’est le processus d’approche qui est excitant : un animal mort, quel intérêt ? On va en faire un trophée ? le poser là et l’oublier pour un autre safari. Alors j’ose dire que si les femmes s’attachent avec leurs fesses, les hommes se lient avec leur cerveau. Ouais, je dis ça ! Ouais ! Le fait est que nous ne pouvons pas sempiternellement vous faire courir. Alors, plutôt que devenir ce trophée, apprendre à susciter toujours en vous le désir de nous conquérir, non ?

Le désir … on le considère trop comme un truc à assouvir. Mais, et si ça pouvait être juste un vrai désir de l’autre, de le connaître, de le reconnaître, de le faire grandir. Pas juste une levrette mal faite la tête dans la cuvette (rime à deux balles, mais la maitresse de mon ex-mari aimait bien …)

Dis JordanE, tu es en passe de devenir un blogueur influent. Alors, je me permets de te donner encore un tuyau. Il me semble que l’homme idéal existe. Et ce que je vais te dire vaut pour la femme idéale.

Naturellement, il faut quand même qu’il soit agréable de sa personne. Je n’ai pas spécialement envie de repeupler la planète, mais bon j’aime bien me sentir comme une dinde après Thanksgiving …

Ce serait bien aussi qu’il ne fasse pas de bruits de bouche, ça m’énerve.

J’aime les hommes qui ont de l’esprit. Que veux-tu, mon clitoris est dans mon oreille … La finesse et l’ouverture d’esprit , un brin d’ambition, le désir d’accomplir ce qu’il aime.

Mais par dessus tout, un homme qui ait peur. Un homme qui assume d’avoir peur. Un homme qui me confiera sa peur. Car je crois qu’aimer, s’aimer, c’est faire confiance à l’autre. L’amour n’est rien d’autre que la rencontre de deux être abîmés pas la peur. Aimer c’est juste admettre qu’on a peur de faire souffrir l’autre et accepter qu’il nous confie ses craintes viscérales.

Tu sais, j’ai un profond respect pour les mecs qui ne perdent pas de temps et me disent clairement qu’ils veulent un plan cul. Il faut du culot et une sacrée mésestime de soi pour se présenter à quelqu’un comme n’étant qu’une bite sur pattes. Et crois moi, j’aurais pu faire des castings de boulards quand je vois la bitothèque constituée rien qu’à partir de la question : »parle moi de toi ». Affligeant, non ?

Moi aussi, j’ai envie de rencontrer quelqu’un.Je voudrais qu’il ait envie de me connaitre, qu’il me laisse me promener à loisir dans sa vie. Je voudrais qu’on donne à nos âmes le soin de se rencontrer avant que ne s’unissent nos corps. Ainsi, il aurait le temps de m’aimer, même quand je ne suis pas épilée au poil près, apprendre que même quand je suis de mauvaise humeur le matin, un rien peut me faire rire.

Finalement, l’autre idéal, c’est juste celui à qui tu n’as pas peur de tout donner, sans masque ni fard …

Elle n’est pas si loin que ça ta femme idéale … mais pas forcément à Paris …

Je te fais de gros bisous. »

 
3 Commentaires

Publié par le 29 avril 2013 dans On est deux dans ma tête

 

Étiquettes : , , , , , , , ,