RSS

She Wolf

22 Nov

Il était une fois un Petit Chaperon rouge qui rencontra le Loup en forêt. Je te résume le truc : la forêt c’est ton for intérieur, le rouge, la passion et la perte de la virginité (le blanc), le Chasseur, c’est le daron qui arrive trop tard, la Mère grand, c’est la femme plus âgée qui en quelque part ne veut pas reconnaître que la fillette a grandi, et le Loup …

Ben le Loup c’est ce que tu recherches depuis que tu l’as rencontré la première fois, petite coquine … Alooors ? Il avait de grandes dents, vilaine curieuse ? En plus de l’excitation de vivre quelque chose d’inouï dans ta vie, de débuter ta vie de femme, tu as goûté à la puissance des hormones sexuelles ! … et de fait depuis, tu as le feu au cul …

On méprise les hommes, haaa ces coureurs de jupons et blablabla. Mais crois-moi, quand ils décident de faire grève de la braguette, ça ne les rend pas malheureux.

Tandis qu’une femme, quoiqu’on en dise, elle devient hystérique. Tu sais ? L’hystérie ? Cette maladie inventée par les hommes ? Mais siii ! « Elle est trop nerveuse ». « Elle est tout le temps triste ». « Elle est accro au sucre ». « Ha ! Mais c’est à cause de la Lune, ça !  »

Ouais, même que des fois on se transforme en loups-garous banane ! (euh c’est pas raciste hein !)

Et tu sais comment on soignait l’hystérie : ablation de l’utérus dans les cas « les plus graves » (aux yeux des médecins-hommes, hein, évidemment …), électrochocs, douches froides … et stimulation digitale. Et en fait c’est ce qui marche le mieux tu vois : c’est grâce aux Saintes Hystériques que nous avons aujourd’hui le Vibromasseur.

Bon … finie la page médicale, on se croirait sur Wikipédia.

Ce que j’essaie de te dire, Chaperon rouge, c’est qu’avoir des pulsions sexuelles, ce n’est pas grave. Se sentir frustrée, ce n’est pas grave. Aimer se faire pécho sur un coin de table, ce n’est pas grave.
Ce qui est dommage, c’est l’univers ultra romantique qu’on met autour : « faire l’amûûûr »

Précédemment, je t’encourageais à savoir ce que tu veux. Si tu veux juste un plan cul, assume. Pourquoi l’enrubaner dans de faux sentiments. Se persuader d’être amoureuse ? En fait, c’est juste normal, par moment, d’avoir besoin de se faire tringler. Je ne vais pas m’excuser ici d’être vulgaire, d’une tu es habitué, et deuze, ça justifie mon propos. Comme dirait Frigide, « appelons une chatte, une chatte ».
On sait très bien toi et moi, selon ton fonctionnement bien sûr (période du cycle ou laps de temps entre deux histoires), que ça va te reprendre : tu vas te mettre à courir le bois avec ton petit panier. Et tu vas rencontrer non pas Charmant, mais le Loup !

Oui le Loup ! Dans la forêt, au lieu d’affronter tes angoisses primitives et tes désirs les plus violents, ceux-là même qui insultent probablement ton éducation voire ta religion, tu vas fuire, courir, vite … vers le Loup.

Je la trouve très conne et inconsciente la maman du Chaperon rouge, de dire à sa fille de se dépêcher, et ne pas tarder dans le bois. Parce qu’au final tu te rends compte que, de toute manière, elle va se faire bouffer. En errant un peu, la petiote aurait appris à se connaître, elle se serait dévêtue de son chaperon, aurait probablement sali sa petite robe proprette. MAIS, elle se serait repérée dans cette forêt. Elle aurait appris à reconnaître les arbres, à faire son chemin et déjouer les manoeuvres du Loup.
Meuh nan ! on l’habille en rouge passion et on lui met dans le crâne qu’il faut « faire l’amour ».

A mon sens, ça donne deux types de gonzesses :
– la frustrée qui attend Charmant (et ne s’aventure jamais dans la forêt)
– l’amère, qui court et se fuit et tombe …. dans la gueule du Loup.

Tu sais bichette, j’ai été amère. Une vraie peau de pamplemousse …

Je n’ai pas reçu d’éducation sexuelle. J’ai compris que je devenais adolescente en lisant Dolto. Je n’ai jamais su pourquoi j’avais de si gros seins (mais pourquoi, bordel ?). Quand j’ai eu mes premières règles, on m’a juste dit : »attention aux garçons, tu peux désormais tomber enceinte (quand tu connais ta genèse, tu sais que c’est la pire des choses qui puisse arriver, ça et devenir rasta), et ne t’assieds pas sur leurs genoux ». A 34 ans, je ne m’assieds toujours pas sur les genoux des garçons, ça me met mal à l’aise … mais je sais pas pourquoi …
Je suis tombée amoureuse. Il y a eu cette première fois et celles d’après avec ce garçon formidable. Et d’autres fois avec des garçons fort minables (ouaiiiiis j’ai osé écrire ça !)
Et un jour j’ai rencontré Christophe qui a eu cette phrase d’une rare … connerie : « ma pauvre chérie, arrête de chercher l’amour. Tu cherches l’amour et au final tu te fais baiser. Faut te faire une raison : il y a celles qu’on aime et celles qu’on baise. Tu comprends … »

Ouais je comprends que tu n’es qu’un affreux connard, mon ami (et une petite bite. Depuis je hais les petites bites. Je suis raciste de petites bites). N’empêche que j’y ai cru. J’ai cru longtemps qu’on ne m’aimerait pas. C’est simple. Il suffisait d’être clair dans ta requête : tu me plais, on baise. Basta. Alors oui des bites j’en ai vu passer, ma pauvre dame … Trop. « Trop » est une notion toute personnelle. J’ai une amie qui fait monter son compteur à 200, elle trouve ça correct. Le chiffre me donne une sensation de deep throat, tu vois, quand ça titille trop la luette …

Si j’avais appris dès le départ à apprivoiser la forêt, je n’aurais jamais compris le désespoir de Vitaa (elle me fait de la peine, toutes ces années qui passent et toujours le même problème … Hey miss, envoie moi un mail et je te coache ! )

.
Seulement, prends le temps de te poser. Demande toi pourquoi tous ces échecs. Pourquoi tous ces mecs ? Toutes ces histoires qui se ressemblent ? Tu as couru trop vite dans la forêt. Prends le temps de t’y poser, utilise le petit pot de beurre (de toute façon la Vieille crèvera tôt ou tard, et tout ce qu’elle a à te transmettre c’est son désir du Loup qu’elle attend vautrée dans son lit :  elle trouvera aut’chose pour se lubrifier …). Apprends à te repérer en toi, en tes désirs, tes pulsions. Tu n’es pas obligée d’obéir à ta mère, c’est à dire ses croyances à elle, son éducation à elle. Tu as ce devoir envers toi-même de connaître la Femme qui sommeille en toi, de l’épanouir et de la protéger de tous les Christophe-Petite-Bite du monde !

Et sers toi de tes doigts, bordel ! Nooon ce n’est pas sale !

Oui. Tu as le droit d’avoir des besoins purement sexuels et de les assouvir. Comme pour tout, l’excès nuit et c’est cela qui doit alerter. Car tu es une Femme, un réceptacle du Sacré et pas un sacré sac à foutre … Tous les Loups qui passent n’ont pas à te mettre la main au panier.

Il n’y a pas de jugement à avoir sur la sexualité d’autrui. On ne parle pas d’organes sexuels qui s’emboîtent, mais de rencontre de deux âmes. Coming soon (enfin tu sais que chez moi « soon » est relatif … et on quitte ce blog sans râler ! Merci !)

Bon, pour cette fois, on arrête de croire qu’on est l’héroïne d’un mauvais Harlequin et on assume … la Louve en soi

le petit chaperon rouge, loup dessine, moto 157628

Publicités
 
6 Commentaires

Publié par le 22 novembre 2013 dans Love coach

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

6 réponses à “She Wolf

  1. DarkGally

    22 novembre 2013 at 13:11

    Moi je suis la frustrée. Mais c’est pas grave, j’ai compris maintenant que j’étais mon seul problème. Je ne plais pas, on ne m’aime pas, mais c’est comme ça autant l’admettre etne pas rever à des trucs qui n’arriveront plus. Je suis trop vieille et trop moi, c’est foutu pour de bon. Je crois que je suis plus belle au bois dormant que petit chaperon rouge.

     
    • lagrossefernanda

      22 novembre 2013 at 13:16

      Si tu choisis de ne pas te suicider, fais moi signe et on travaille ça …

       
  2. Laurent Cypria

    22 novembre 2013 at 13:33

    Très bien écrit mais pourquoi ce spleen ? C’est très européen (donc complètement débile) de ne plus croire en l’amour le vrai le grand le passionné. Et donc vous devez histerique. Quand vous perdez l’amour toutes les bites du monde ne combleront pas le vide.

     
    • lagrossefernanda

      22 novembre 2013 at 13:36

      Tssss …. je parle ici d’assumer ses pulsions.
      J’évoque à la fin le Féminin sacré.
      Trop de femmes pensent trouver l’amour en écartant les cuisses.
      Donc maintenant qu’on sait sui on est, on parlera d’amour dans les prochains épisodes …
      Et merci du compliment

       
  3. MonEncre

    1 avril 2014 at 14:38

    C’est excellent de chez excellent

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :