RSS

Le temps détruit les choses simples ….

16 Juil

Rhooo mais qu’est-ce qu’elle nous met des tartines ces jours-ci, la Fernanda !!!

Ouais, quand je suis perturbée, je parle/écris beaucoup, jusqu’à ce que ça sorte. Je rumine le truc, tu vois. Rien d’étonnant à ce que je ressemble à une vache, en fait …

J’ai un un aveu à faire. Ca m’oppresse. Ca m’étouffe.

Je peux le dire à mes potes, c’est facile. Mais à la personne concernée non.

Bon, je sais dire aux personnes, en face, que je les méprise et qu’ils m’indiffèrent.

Mais dire « je t’aime » : ça je ne sais pas faire ….

Même pas derrière un piano je me mettrais pour dire ça. Je sais pas en jouer du piano …

J’aurais l’impression de me foutre à poil, comme ça, sans raison. Sans déconner, c’est tellement plus confortable une relation où tu n’aimes pas l’autre. Tu l’apprécies, tu le respectes. Tu le respectes d’autant plus qu’il a bravé ta timidité maladive et qu’il est venu te chercher. Et il va pouvoir te plaquer sans que tu morfles. Même s’il revient 15 ans plus tard te dire que s’il avait été moins con, il serait resté à Paris et t’aurait demandé en mariage. Tu vois, de justesse. Le bon plan.

L’an dernier, dans les toilettes d’un café, un mec m’a attrapée et m’a embrassée. Il m’a dit : » ça fait des années que je veux le faire. C’est fait ! » Grave ! J’ai rêvé des années qu’il le fasse. Pendant 2 ans, tous les jours, je prenais le petit déjeuner dans son café, le déjeuner dans son café, et le goûter aussi, faut pas déconner. J’adorais qu’il me frôle exprès. Lui lancer des regards coquins près de l’escalier descendant à la cave. Mais lui dire que je l’aime, j’en serais probablement morte. Moins que le jour où sa blonde l’a galoché sous mon nez, mais morte quand même.

Tu vois, je ne suis pas si conne que ça : je ne change pas trop. En tout cas pas beaucoup. Aujourd’hui, je ferme toujours mon auguste gueule, mais par contre, pas de regards plein de sous entendus. Je suis froide. Froide et muette.

Non mais mets-toi à ma place une demi seconde. Tu t’imagines si du haut de mes 34 ans il me ressort  « mais tu es une bonne copine, une grande soeur ! » Ou pire, pire : »mais pourquoi ??? qu’ai-je fais ?? »

Non impossible. 34 ans qu’on me rejette, j’aimerais bien que la Vie, au lieu de s’évertuer à me donner des leçons de courage à la con, ait plutôt la géniale idée de me faire tomber amoureuse du mec qui aura les couilles, lui de pas être pudique juste 30 putain de secondes. Le temps de me dire « je t’aime connasse ». C’est hyper facile, merde ! Y’a ka !

Parce que sous mes airs de daronne, femme d’affaires, et je ne sais quelle image débile de moi tu t’es fourré dans la tête, mon amour, je suis hyper fragile. Oui sensible. Oui émotive. Violemment douce. Je pourrais te décrocher la Lune. Et la dépoussiérer. Ouais ma gueule. J’ai envie de t’offrir le monde tellement te rencontrer a changé ma vie. Tu es un caisson hyperbare après des années de dépression. Je me réjouis de me dire qu’il existe quelqu’un sur Terre aussi taré que moi. Qui ait la folie de vivre ses rêves, bordel. Qui ait l’ambition d’être heureux malgré tout.

Je suis morte de rire, là, parce que la première chanson qui me vient en tête, pour résumer l’histoire, ça reste :

Ben non, je laisse pas parler mon coeur. Si tu savais tout ce qu’il pourrait te dire. T’y es fou …

Ce n’est pas que de la pudeur. C’est une peur panique. Et puis plein de « et puis ».

Et puis qu’est-ce tu foutrais avec une mèredeuf ?

Et puis en ces temps de changement, je suis un peu à la croisée des chemins.

Et puis je ne suis pas encore celle que je veux être.

Et puis tu es trop joli, tu mérites une belle vie, une folle merveilleuse à tes côtés, pas un boulet

Et puis, et puis MERDE !

Ouala

Je quitte Paris demain. Je reviendrai peut-être le mois prochain. Et un jour j’y resterai, c’est certain. En attendant, je penserai à toi. Tu me manqueras. Beaucoup. Très beaucoup. Je repenserai à ce moment trop court (en même temps, plus court ça s’appelle un SMS …. t’as été un peu bâtard sur ce coup-là mon ange … mais tu as de beaux yeux, je ferai l’effort d’oublier).

J’ai la croyance profonde qu‘il faut dire aux gens qu’on les aime avant leur éloge funèbre. Je t’aime et je ne sais pas te le dire, là est tout le paradoxe. Et je sais qu’un mail aurait mieux valu que mon blog, mais l’Univers doit savoir que je te l’ai dit. Alors au cas où mon TGV demain aurait un problème, je te partage, juste à toi (les autres, tu cliques pas !!!!) cette merveilleuse chanson de Buika, « Las Simples Cosas ». Il paraît que l’amour est simple et que le temps détruit les choses simples. Les paroles sont sublimes. Google translator est ton ami si tu causes pas l’espingouin.

(j’ai encore déchiré les tags !)

Publicités
 
4 Commentaires

Publié par le 16 juillet 2013 dans Grosso Modo ...

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

4 réponses à “Le temps détruit les choses simples ….

  1. Epsilon

    16 juillet 2013 at 14:30

    This is love, this is love, this is love and I feel it.

     
    • lagrossefernanda

      16 juillet 2013 at 14:52

      My heart is bleeding timal. Yo ka vouvouayé mwen atchèlman. Tchuiiiipre

       
  2. sylvain

    20 juillet 2013 at 12:19

    Bonjour Fernande,
    Ah barbara, quelle femme, quelle douceur dans ce regard de braise!
    Mon père l’aimait beaucoup, je le comprends, elle avait ce don d’être dans son coeur et de vivre avec les autres cet amour.
    « Ben non, je laisse pas parler mon coeur. Si tu savais tout ce qu’il pourrait te dire. T’y es fou … »
    Oui je suis fou, fou d’amour.
    L’amour rien que l’amour, le reste n’est que poussière
    Bise

     
    • lagrossefernanda

      20 juillet 2013 at 12:22

      « … le reste n’est que poussière »
      C’est beau et vrai. Merci Sylvain 🙂

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :