RSS

Very Bad Mood

18 Juin

Mouais …

Y’a vraiment des jours où faut pas, vraiment pas que je pose des questions importantes tard le soir. Ni à moi. Ni aux autres.

 

 

 

Depuis plusieurs jours déjà, je voulais parler sentiments, printemps, toussa … Et puis non. M’en fait si, parce que j’ai lu des trucs qui m’ont défrisé le poil depuis le bulbe. J’ai lu :  que les meufs sont  » plus dans l’émotion que dans la raison » et que du coup « c’est pas étonnant qu’elles soient plus exposées aux peines de coeur ».

En somme, faudrait penser à gérer les hormones cocotte. Et puis si en plus tu te baffres de Harlequin et de crème glacée, ça va pas le faire. C’est tellement condescendant comme remarque. Tellement ancré dans l‘imaginaire masculin. Figure toi que c’est le genre de conneries que les médecins  sortent aux femmes quand ils sont à court de diagnostic. J’ai une copine qui a une otite récidivante/récalcitrante. Ben vois-tu, c’est parce qu’ « elle est trop dans l’émotion ». C’est ne pas savoir qu’une femme va éplucher ton SMS à la fôte de franssè près, et pour peu que tu y mettes des ponctuations, va le lire à haute voix à ses copines pour chercher l’intonation juste que tu aurais pu y mettre. Analyse grammaticale et syntaxique, ouais ma gueule !

Mais bon, comme je ne suis qu’une femme et que je suis plus dans l’émotion que dans la raison, on me pardonnera la suite de cet article.

Je lis ensuite  qu’il faut se demander ce que notre ex nous a apporté en comparaison de ce que nous lui avons apporté. Donc c’est quoi l’idée de départ ? La relation amoureuse/amicale est une société, on y met chacun sa part, et on fait un bilan régulier pour partager les bénéfices ? L’amour est dorénavant une donnée quantifiable ?

Ben dis donc, je comprends pourquoi je suis en banqueroute, les gars ! Si j’avais lu ça plus tôt !

Si j’avais lu ça plus tôt, je serais aigrie et acariâtre, parce que sans déconner, j’ai vraiment des gens qui me refilent du toc.

Je vais plus loin, j’ai pas peur. Je gère pas mes émotions, je ne suis qu’une femme.

L’an dernier, j’avais écrit ça au sujet de ma vision de l’amour. J’y faisais la différence entre l’eros et l’agapé. En gros, la différence entre mes amis et mes amants tient au fait que je ne taille pas de pipe à mes amis. L’investissement reste le même : je me donne. Je donne mon temps, je donne mon énergie, je donne ma présence, je donne un sourire. Bref, je donne et je ne compte pas (mais si j’en crois l’idée du Condescendant, je devrais …)

Tu vois, même avec un plan cul, tu donnes (de la sueur ! … merde, j’ai réussi à rire quand même, pff vraiment, je ne contrôle pas mes émotions !). Quelque soit la personne qui entre dans ta vie, quelque soit la durée, quelque soit la qualité de ce qu’elle t’a donné, elle a donné. Ce n’est pas pour rien que j’écris après une rupture (enfin parfois, et puis je ne te dis pas tout …). Certaines de mes amies sont encore surprises que des années plus tard, je fasse l’éloge de My First. Ben ouais, il m’a donné ce qu’il a pu. Le silencieux journaleux de mes deux m’a aussi donné et beaucoup apporté. 

A force de condescendance (de maturité ? oserais-je ?) on oublie que l’autre en face nous donne ce qu’il peut. Il n’est pas responsable de nos ressentis. Ce n’est pas de sa faute si tu ne te sens pas aimé. Il n’est pas responsable si vous ne parlez pas les mêmes langages d’amour (tu as besoin qu’on te dise qu’on t’aime et lui parle plus avec son corps, tu as besoin d’être valorisé et encouragé, et elle ne sait faire que des cadeaux et des petits plats).

Ca vaut aussi pour l’amitié.

Je replace dans le contexte qui me rend d’humeur gremlinesque ce matin.

Hier soir, j’ai demandé de l’aide, un conseil. La réponse ne fut pas du tout à la hauteur de mes attentes. Cet avis était important pour moi. Parce que j’ai choisi la personne à qui j’ai demandé. Parce que la question me tenait à coeur. Les réponses m’ont donné l’impression que l’autre en face me prenait pour une connasse de crâneuse. Alors j’ai été me coucher triste, même un peu en colère. Oui, on peut baser une « relation » sur des corrections d’articles pour un mec qui ne daigne même pas vous faire la confiance de vous donner son nom. Mais dans ces cas-là, on sait qu’on n’a qu’une relation commerciale : on contribue à l’essor d’une marque. C’est tout. Je suis empathique, sympathique à souhait avec mes clients. Je me lie de tout coeur avec certains. Mais je ne m’implique pas émotionnellement dans un transfert de siège.

Alors, dis-moi, si je me base sur tes deux postulats, que les femmes sont plus dans l’émotion que dans la raison et que l’amour est quantifiable, je te fais un devis et je te classe dans mes relations professionnelles ? Ou mieux (pire ?) : je te zappe, en suivant ton conseil de virer les parasites ? (Ouh la, ça fait mal ce mot, pardon c’est … l’émotion.

Est ce que mon ressenti doit se mesurer à tes intentions ? (sauf si bien sûr tu es un affreux connard qui profite de ma gentillesse, et là c’est sans difficulté que je veux bien être dépourvue de raison …)

Tu vois, tout est don. Toutes les situations sont bonnes à vivre pour grandir, mûrir et choisir. Je te rassure … je vais de ce pas démonter mon vélo elliptique pour décharger les émotions que ma féminité déraisonnée exacerbe. Et je ne changerai rien. Je corrigerai tes fautes avec plaisir, ravie de la confiance et l’estime minimes (c’est mon ressenti, hein ….) que tu as la grande bonté de bien vouloir m’accorder, illustre inconnu condescendant …

Sur ce, bonne journée, à toi, à toi aussi là-bas, à toi devant et même à toi à qui j’ai donné du temps à hauteur de 2 appels par jour, tous les jours, pour que te soutenir dans tes épreuves et qui pour une raison que toi seule sait, ne me calcule plus du jour au lendemain. Sois heureuse et soigne ton karma. Le reste, le quantifiable, ça pourrit.

 

Publicités
 
5 Commentaires

Publié par le 18 juin 2013 dans Grosso Modo ...

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

5 réponses à “Very Bad Mood

  1. Epsilon

    18 juin 2013 at 19:17

    Chère Fernanda,

    Sur ce post là, je me demande si tu te rend compte de.la futilité de ton sujet ??? Tu nous as habitué à mieux.

    Mais bon, je voulaitte parler de la forme de tes textes et de ta sémantique. Bien sûr tu écrits très bien mais je me demandesi tu n’as jamais pensé au podcast ??? Les figures de style que tu emplois (non !!! L’ironie n’est pas une figure de style) et l’acidité de tes propos me font pensé qu’ils sont écrits à la manière de scénarios dans une forme très proche des scénarios de podcasts.

    Je t’invite donc (très respectueusement MADAME) à considèrer cette nouvelle forme d’art qui :
    1 nous permettra de découvrir ta merveilleuse plastique
    2 te permettra de développer ton.sens de la mise en scène
    3 te permettra d’avoir davantage confiance en toi
    4 ne t’empêche pas de.continuer à écrire.

    Gwos bisous de la part d’un fan.

    Kiss.

     
    • lagrossefernanda

      2 juillet 2013 at 13:57

      Je vous prie de bien vouloir agréer mes excuses. Je suis particulièrement désolée d’apprendre que mes émotions sont futiles.
      Je me dois néanmoins de vous faire part que vous n’avez pas fini d’en goûter … sauf à ne plus lire ce blog.
      Bien cordialement

       
      • Epsilon

        3 juillet 2013 at 06:01

        Je ne parle pas de tes émotions, mais de ton sujet.
        Je vois que le fond de ton âme est une mer d’émotions (parfois contradictoires) mais je trouve ta dialectique très touchante et très belle.
        Gwos bisous ma chéwi.

         
      • lagrossefernanda

        3 juillet 2013 at 18:31

        Ouais je sais. Suis tarée.

         

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :