RSS

Sois forte, dure et relax

21 Nov

…Quand j’ai lu ce conseil, me suis sentie comme une bite, tu vois …. Du coup, j’en ai éjaculé des yeux …

En fait, ces jours-ci, la maternité me fait mal. Elle m’épuise au plus haut point. Elle me fait peur.

Oui. J’affirme à la face du monde qu’être mère c’est la lose.

On dit rarement aux jeunes couples que l’arrivée d’un enfant va les détruire. Les gosses, ce sont des fouteurs de merde. Tu es là, tu vis la vie en rose avec ton Jules (ou ta Juliette …). Inconscients et sous hormones, vous rêvez d’une vie à trois. Ben je te jure que tu préféreras la coloc avec ta belle doche dans quelques mois à ÇA !

L’enfant commence par déformer ton corps. Il le dilate. Il le déboîte. Il le déchire. Il le rend accessible à toutes les mains de la planète.

Ensuite, il transforme ton coeur. Il phagocyte ton esprit. Tu ne penses qu’à lui. Tu ne vis que pour lui. Petit à petit, Jules (ou Juliette, tu fais comme tu veux) s’éloigne, ne sait pas trouver sa place. Tu aimerais lui dire d’être là, d’être à toi, de ne pas être juste un père. Mais de rester ton homme et de faire de toi sa maîtresse, sa chienne, comme avant. Sauf que t’as juste l’air d’une chienne errante avec ta douche d’il y a deux jours, ton vomi séché dans les cheveux et ton nouveau parfum au lait caillé. Tu ne ressembles à rien dans ton pantalon de grossesse, le seul qui t’aille encore. Même ton miroir fuit ton image tellement tu es crevée par les réveils toutes les deux heures. Alors, montrer cette loque à ton homme, pourquoi en voudrait-il … Tu perds confiance en toi, en ton sex-appeal, mais on s’en fout de toi. Tu te transformes en super mama. Tu deviens incollable en pédiatrie, la Faculté de médecine a tellement encore à apprendre … Ta vie ne tourne qu’autour de cet alien.

Aliénée, tu le deviens à mesure qu’il grandit. Tu n’as plus vraiment d’amant. Vous êtes devenus un couple de parents. Tu l’aimes toujours, mais tu as accumulé tellement de ressentiment que tu ne lui parles qu’en reproches. Lui se contente de jouer avec les gosses et de se faire petit, voire invisible, ou même absent de ta vie.

Et puis un jour ça pète, ça clashe, tu le vires. Ou il te vire. Bref, chacun part de son côté. Il retrouve une pute, une connasse, une gourdasse, une autre femme. Jeune, jolie, fraîche. Si possible, son utérus encore vierge. Et toi, tu restes sur le carreau, avec tes chiards.

Si comme moi tu as la chance, la grâce d’avoir été mariée à un pervers narcissique, des amis, tu n’en as plus guère. Tu es seule, coupée du monde. Il aura déjà fait son travail de sape. Tu essaies de ne pas te noyer. Tu te noies dans le travail. On te dit de le faire pour tes enfants. Mais tes enfants, que font-ils pour toi ?

Tu te lèves le matin tôt. Tous les matins. Week-end et jours fériés. Tu te couches le soir à pas d’heure. Tous les soirs. Week-end et jours fériés. Tu assumes les frayeurs nocturnes du petit, les crises de comportement du plus grand. Et tu souris quand on te demande de tes nouvelles. Surtout, tu n’oublies plus de te maquiller la gueule à la truelle tous les matins : tu pourrais faire peur à Beetlejuice …

Ton corps hurle de douleur. Tu es courbaturée sans faire de sport. Tu repousses à demain le ménage du jour jusqu’à rêver qu’on t’offre une aide ménagère à Noël. Ta meilleure amie est ta machine à laver les culottes sales de merde et de pisse de ton petit qui apprend la propreté. Ta tension artérielle danse la rumba. Tu ne parles qu’en hurlant et en reformulant chaque phrase.Tu as pris 5 kgs.

5 kgs des larmes que tu ne sais pas pleurer.

5 kgs d’oligo éléments avalés qui ne font du bien qu’aux labos pharmaceutiques.

5 kgs de solitude, de peur, de fatigue, de découragement.

Tellement qu’il m’a fallu de peu pour avoir des palpitations quand il m’a dit : « c’est TON rôle de lui apprendre à faire un noeud de cravate ». Putain de bordel de merde …  j’ai pas assez la pression, tu vois, avec le quotidien, la puberté à venir et j’en passe. Je sais même pas comment ça se passe chez un mec : je vais découvrir sur le tas, c’est ça ? Accompagner une fille, tu as au moins les mots, tu as ressenti ses angoisses, tu sais comment ton corps change, l’influence des hormones sur ton moral. Mais un mec ? Mis à part devenir moche, carré, velu avec une grosse voix et obsédé par sa teub, ça pense ?

Des questions, des peurs en boucle. Un chagrin permanent. Pourtant, j’ai la joie de les voir grandir, de les entendre rire tous les jours, de voir leurs progrès, d’entendre leurs projets, de les emmener au judo, de les entendre chanter, d’admirer leurs oeuvres artistiques, de les voir danser, de construire leur personnalité.

Je suis fière d’eux. Et bordel, vue l’énergie que j’y mets, je suis fière de moi aussi. Je suis fière de moi quand la dame qui fait la circulation me félicite de l’aîné qui ne passe jamais sans la saluer et lui souhaiter bonne journée. Je suis fière car j’ai chaque jour des petites joies qu’ils m’offrent. Et je me réjouis d’avoir deux bébés en parfaite santé.

Mais pardon, je suis trop crevée pour avoir de la compassion pour les mères d’enfants malades ou handicapés. Mais le coeur y est … Si si …

Et puis, je ne sais pas faire. J’ai toujours été entourée. Sortant, bougeant, voyageant. Je ne sais pas comment on fait avec deux enfants. J’ai vécu ces 7 dernières années dans une prison. J’ai peur que mes enfants gênent les autres, soient trop bruyants. Du coup je stresse et je ne sors pas avec eux. Et puis ils sont tellement avec moi que quand je rencontre des adultes, je n’ai pas envie d’enfants avec moi. Ça me semble toujours incongru d’être invitée avec mes fils … Je suis tellement occupée à veiller à ce qu’ils soient respectueux que je ne profite pas de l’instant …

Il parait que je suis jeune et jolie (ça c’est vrai) et que je vais refaire ma vie. Ben laisse moi te dire que c’est pas demain que je vais me faire troncher, ma cocotte … Alors oui, j’avoue, je ne m’en plains pas, j’ai du beau gosse tricard qui me tourne autour. Mais je n’ai pas besoin de ça.

J’ai besoin de repos. D’être consolée. D’être soutenue et fermement. D’être encouragée. D’être relayée. Qu’on prenne soin de moi, je le redis. J’ai vraiment mal. Et physiquement aussi. Mais tout ça, tu ne peux pas l’attendre d’un plan cul …

Les enfants font ceci d’assez grandiose : ils nous poussent à aimer au-delà de nos limites, au-delà de nous-mêmes. Ils dilatent aussi notre âme … mais ça fait mal …

Franchement, j’ai un mal fou à croire qu’un homme ait envie de me choisir. De nous choisir tous les trois. Créer un nouveau foyer. M’installer ailleurs sans penser au risque de tout perdre si ça ne marche pas et plonger avec mes bébés dans la précarité. Apaiser mes peurs et me dire que tout est possible …

Etre mère célibataire, c’est un drôle de célibat, un sacré handicap.

Pendant ce temps, des gens cherchent à faire des gosses … Bande d’inconscients, va …

Alors oui. Etre dure, forte et relax … Désolée, mais je ne suis pas un père.

Je te laisse, Petit Grumeau se réveille pour la troisième fois en hurlant. Je dormirai quand je serai morte …

 

Bisousjetème

Publicités
 
20 Commentaires

Publié par le 21 novembre 2012 dans On est deux dans ma tête

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

20 réponses à “Sois forte, dure et relax

  1. hélène

    22 novembre 2012 at 00:10

    Quel beau témoignage, tu as de quoi être fière de toi, alors sois toi même, sois maman et laisse tes enfants te guider, tu as le temps de penser à leur puberté, tu sauras comment faire le moment venu…quant à la fatigue je crois que les mamans comme nous qui pensons a nos enfants plus qu a nous mêmes sont dans un état de fatigue avancé mais bon nous ne savons pas être égoïstes, est ce un mal? On va apprendre à prendre du temps pour nous quand ils seront plus grands…bref quand on n’a personne pour nous les garder, je pense que la patience est notre meilleur allié, ils vont finir par faire des choses seuls et ne plus avoir besoin de nous a 100%…courage je suis de tout coeur avec toi, et je pense bien à toi!

     
  2. coet

    22 novembre 2012 at 09:08

    Fernanda ou l’art de dire tout haut ce que les autres pensent tout bas.

     
    • lagrossefernanda

      22 novembre 2012 at 16:32

      Faut dire que tout le monde pense que la maternité c’est formidââââble !

       
  3. Pamela en Personne

    22 novembre 2012 at 10:54

    [noeud dans la gorge] C’est tellement ça…

     
    • lagrossefernanda

      22 novembre 2012 at 16:28

      Mère indigne ! si la DDASS passe chez moi, je donne ton IP ! Si je plonge, tu plonges ! lol

      (ouf ça me rassure ! )

       
  4. crystalide

    23 novembre 2012 at 10:49

    J’en ai les larmes tellement ça me parle… des bises.
    (ex gourgandine, qui a enfin décidé de passer à WP…)

     
  5. Caroline

    23 novembre 2012 at 20:56

    Mais quelle belle écriture. Je vous découvre depuis peu, grâce à une copine. Pour ma part je ne veux pas d’enfant, trop compliqué, j’ai trop souffert dans mon enfance mais j’admire les mamans. Et votre témoignage me touche beaucoup. Je sens (tant pis si ça choque, moi je fonctionne à l’instinct) que vous êtes une femme formidable. J’espère que vous trouverez le bonheur que vous méritez.

     
    • lagrossefernanda

      24 novembre 2012 at 01:00

      Je sais pas qui est la cafteuse mais je la remercie car votre message me réchauffe le coeur.
      A vrai dire, « formidable » est un euphémisme.

      Je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures, parce que là tout de suite, j’ai les yeux qui suintent … Bravo Caroline !

      Et MERCI

       
  6. Dlf

    24 novembre 2012 at 02:21

    J aime…..enfin pas tant, mais bravo quoi…bon courage pour la suite…. (je ne sais pas trop quoi mais ton texte m a emue…..)

     
    • lagrossefernanda

      24 novembre 2012 at 10:33

      Je ne m’attendais pas à des réactions positives mais à être trollée par des super mamans.
      Presque ça rassure de voir que je ne suis pas la seule et en même temps, je trouve ça grave qu’on soit aussi nombreuses
      Bises

       
      • Dlf

        24 novembre 2012 at 19:34

        Je pense que c est le quotidien de beaucoup de mamans, à différents degrés, mais c est comme ça………

         
      • lagrossefernanda

        24 novembre 2012 at 21:15

        Il y a des degrés graves. Ce qui m’alarme c’est le je m’en foutisme du corps médical. Parce qu’après, quand la daronne jette son gosse par le balcon, toute le monde s’offusque, mais combien de fois a-t-elle appelé à l’aide avant ?

         
  7. Zebeb

    24 novembre 2012 at 14:57

    Contrairement à tes doutes sur les réactions à ton article, ce texte ne me choque pas du tout. Au contraire, je le trouve très émouvant. Malgré ta frustration, ta fatigue, ta souffrance, on sent un amour immense pour tes enfants. Tu as “tout simplement” le courage de ne pas te cacher derrière le politiquement correct et de partager le ressenti de beaucoup de femmes. Courage ! Je sais, facile à dire, mais tu es forte et tu vas y arriver !

     
    • lagrossefernanda

      24 novembre 2012 at 15:50

      Merci ❤
      Mais sans déc, je sais pas où vous trouvez ma force. Tu es géniale !
      Et Fernanda est archi anti politiquement correcte !

       
  8. Caroline

    24 novembre 2012 at 23:39

    C’est dommage qu’on ne puisse pas liker tous les commentaires comme sur facebook !

     
    • lagrossefernanda

      25 novembre 2012 at 03:23

      Ben je me disais pareil figure toi !
      (en même temps je suis feignasse ! là du coup, ça m’oblige à répondre … mais le jour où je serai célèbre, j’aurai pas le temps …)

       
  9. mopourmots

    5 avril 2013 at 20:21

    Fernanda, j’te kiffe. Je pense sérieusement que je suis passée à pas grand chose de tout ça. Mais… mais… mon homme n’est pas parti, ni moi non plus, l’orage est passé et nous sommes toujours ensemble (18 ans, t’y crois ou bien ???!!!). Du coup, même si les gosses me font parfois grave ch***, à 2, c’est clair, c’est pas pareil…
    Fernanda, j’te kiffe grave

     
  10. lagrossefernanda

    5 avril 2013 at 23:16

    « Je sais que j’t’l’ai trop dit … mais j’te l’dis quand même … tutututututu, che t’aime ! »

    18 ans !!! comment il fait ???

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :