RSS
En passant
22 Oct

Ouesh … 2 articles en un jour … Non mais le truc, c’est que j’ai pas envie de causer à de vrais gens. J’ai juste envie de déprimer peinarde. J’ai dit merci pour les tapes dans le dos mais qu’à force j’aurai des bleus. J’ai envie de silence. Alors si tu veux vraiment me parler, fais moi rire. Si tu me parles de ta vie, j’te jure, je vais décrocher et jouer à Pyramid sur King.com … C’est pour toi, hein … Sauf si tu me prends pour un ouatère dans lequel tu peux gerber et tirer la chasse après. T’sras pas l’premier, t’en fais pas … Nan sans déc’, j’ose hein, j’me permets, mais là, concrètement, je m’en cogne les ovaires que toi aussi tu déprimes. J’en fais quoi de l’info ? Une commande groupée pour du Prozac ?!

J’ai fait ma fière pendant une semaine. En fait non même pas. C’est comme quand ce chien m’a mordue cet été, je n’ai saigné que lorsque j’ai réalisé que j’avais la main ouverte et qu’on voyait … bon, j’arrête, tes yeux regardent déjà le fond de ton crâne, chochotte.

Voilà c’est dit : El Doctor me manque. Nan mais c’est quoi le problème ? Y’a un psy dans la salle ? Youhouuuu ! C’est quoi ce putain de mauvais karma sentimental ? Tu ne vas pas me dire que lui aussi il a testé et il s’est dit : « woula ! le level est trop high !  » ? Si ? Non pas lui … Tu sais, la seule chose qui me sauve, c’est le peu de souvenir qu’on a ensemble. Je m’accroche à ça pour ne pas penser aux autres.

En fait, je ramène ma fraise avant d’aller au lit, parce qu’en passant sur FB, j’ai vu une photo, toute concon, avec la légende qui va avec : un mec et sa meuf, et lui qui dit à sa meuf « Miss ya … » Alors, là, tu te réjouis (ou pas ) et tu te dis qu’heureusement qu’on n’est pas en format papier. Je te l’aurais prise ta putain de photo et sa légende à la con, j’en aurais fait un avion en papier supersonique, en mettant un radar vers le trou de balle d’El Doctor.

« Est ce que je te manque un peu ? » C’est la dernière question que je lui ai posée. Pas de réponse. Là aussi, silence radio. Une question envoyée comme ça dans les étoiles. Ces connasses d’étoiles qui me regardent en scintillant chaque nuit alors que mon coeur sombre dans les ténèbres. Elles me narguent, les putes … Elles savent, elles, ce qu’il fait. Pas une pour cafter, pour me montrer le chemin. Elles devraient s’éteindre ces bouffonnes, vu comment elles ne servent à rien !

On va conclure hein …

Je suis donc suffisamment sulfureuse pour qu’on ait envie de me passer dessus et dedans. Avec un fort goût de reviens-y. Par contre, la dame, faut pas qu’elle s’attache.

Je te fais écouter ça. C’est Bobby Womack. Si tu pleures, fais gaffe à pas mettre de morve sur ma manche. Faut pas déconner quand même … (surtout, chuuuuut ! )

Please Forgive My Heart …

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 22 octobre 2012 dans Grosso Modo ...

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :