RSS
En passant
21 Oct

Ouesh …Y’a des semaines comme ça où j’ai l’impression d’être un gros boulet.

Ces semaines – là, je fuis mon pèse personne. On sait jamais, j’pourrais avoir envie de lui désintégrer ses circuits, à c’te bouffonne.

Lundi. Lundi j’ai rompu avec El Doctor. Ben ouais … Ze plan cul del century même si au premier regard tu paries pas. Comme je te le répète, les apparences sont vraiment trompeuses. Bref. en fait, tout allait bien hein … Ben oui … Juste qu’on ne se voyait jamais et qu’en plus il a déménagé. Et après être passée après les cartons, tu passes après le boulot. Avec l’excuse à la con  » je n’arrive pas à me faire à ma nouvelle vie ». Bon ça va un moment … J’ai envie de te dire, il y a une différence entre ne pas réussir à s’habituer (en même temps, il est resté en France, dans le Sud Ouest, avec le même fleuve … tu pars d’un dépaysement … pauvre bichette ) et oublier comment fonctionne son smartphone. Na pas  lire ses mails. Ne pas répondre aux SMS. Ne pas répondre aux appels. Gérer la distance géographique est une chose. Quand c’est la relation qui prend l’eau et qu’on est seul à surnager, c’est moche. Et puis, les excuses à la con … Alors lundi, j’ai pris mon courage à 2 doigts et j’ai rompu par SMS. Pas par lâcheté, mais parce que je suis certaine qu’il l’a reçu et qu’il l’a lu. Et depuis, pas de nouvelles. Il doit être soulagé le bougre. La connasse a enfin fini par comprendre qu’elle n’avait pas de place dans sa nouvelle vie. Elle comprend vite, mais faut lui expliquer longtemps …

Comment j’ai vécu ça ? D’abord, je me suis battue contre moi-même. Achever une histoire qu’on considère comme ayant un gros potentiel (et j’en suis toujours convaincue) et devoir y mettre un point final, c’est juste schizophrénique. J’ai eu une espèce de chute de tonus incroyable. En fin de journée, courbatures, céphalées … Bref, j’ai sérieusement décompensé. Le plus dur reste certes, de ne pas y penser, penser à ne pas y penser, se demander pourquoi ne pas y penser, penser à se demander pourquoi ne pas y penser, penser à se dire de ne pas penser. Ne pas mourir.

C’est la première fois que je romps avec un mec. En tout cas de façon aussi cash, aussi frontale, en disant « c’est terminé » alors que j’ai juste envie de lui hurler  » mais sors toi le doigt du cul, bordel, je t’aime connard ! tout es simple et ensemble on peut y arriver merde !  » J’ai l’impression d’avoir avorté, qu’on m’a retiré de force quelque chose. J’aimerais tellement le considérer comme un pouilleux de lotois, un conniaud de paysan, ingénieur en short … Pfff, j’ai pas mieux comme insulte, c’est te dire le degré de non-mépris … Pathétique.

Depuis, je ne supporte rien. J’ai du mal à prendre du recul pour de petites choses. Envie de dire  » fuck you, asshole  » à tous ceux qui auraient l’idée de me regarder de travers.

Alors pour le coup, quand j’ai demandé de l’aide à une amie et qu’elle m’a jetée au motif (tout à fait recevable, au demeurant .. tu vois, je sais prendre du recul), qu’elle était submergée de travail et que mes notifications la soulaient et ne l’intéressaient pas … j’ai juste eu envie de mourir. Surtout, ne pas mourir.

Quand j’ai vu que son mur FB (pas elle, celui d’un autre ) m’était dorénavant fermé, j’ai eu l’impression de marcher dans un désert.

Et pour finir, vendredi, j’ai eu les résultats de l’admissibilité à l’examen d’entrée à l’école des avocats. Alors, je t’explique une fois pour toutes. Tu t’inscris à l’IEJ, c’est obligatoire et pour moi, professionnelle, ça coûte un bras. C’est censé être une année de prépa. Ensuite, tu présentes en septembre d’après les écrits : c’est l’admissibilité. Si tu y réussis, c’est le sésame vers l’admission par les oraux. Et si tu réussis tes oraux, tu rentres à l’école pour 18 mois. Et tu as un examen de sortie qui s’appelle le CAPA. Pour l’entrée à l’école, tu as 3 chances. J’ai donc grillé une cartouche. Je ne vais pas me représenter. Je n’ai pas les sous. J’ai des idées pour le boulot, mais pas forcément l’énergie, là tout de suite. Mais il faudra. Pour les grumeaux. Pour moi. Ne pas mourir.

Depuis déjà 3 semaines, je respire mal. Mon médecin ne comprend pas pourquoi. Respirer pour moi est douloureux. Quand j’inspire, ma poitrine se gonfle de douleur, de tristesse, et quand j’expire, la douleur ne s’échappe pas pour autant par mes narines. Non, ma poitrine s’affaisse au contraire sur cette peine, comme si respirer lui donnait un peu plus de place encore. Et puis, je joue mal au jeu de la vie. Je n’arrive pas à faire le super combo Larmes et Tristesse … J’encaisse sur le coeur …Allez, faire l’effort de ne pas mourir.

Il y a des semaines comme ça où j’en ai marre d’espérer. Toujours espérer et avoir confiance en la Vie. Se dire qu’elle vous sourira bientôt. Le dire, le répéter. Tout donner à tout le monde. Recevoir des sourires, des tapes dans le dos (merci au fait, mais je vais avoir des bleus à force ). Mais jamais ce que tu as espéré de toutes tes forces. Aujourd’hui dimanche : je fais grève d’espérance, je suis fatiguée d’être optimiste pour les autres et pour moi. J’ai besoin d’une épaule pour me réconforter, moi aussi. Une vraie, hein, qui sente bon sous les bras … J’ai envie que les gens ferment leur gueule. J’ai envie de silence.

Voilà, j’espère encore, bordel. Suis incurable … Ne pas mourir.

Ouesh … Y’a des semaines comme ça où je me sens comme un gros boulet …

Very Bad Week

Publicités
 
4 Commentaires

Publié par le 21 octobre 2012 dans On est deux dans ma tête

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

4 réponses à “Very Bad Week

  1. Ta pétaconnasse

    21 octobre 2012 at 17:49

    Ouesh…. des doigts dans le cul, des aisselles qui devraient sentir bon, des salopards et des connasses, c’est rock n’roll chez la grosse fernanda ce soir!!! Ben merde alors, t’as le droit de dire Fuck pis moi j’dis FUUUUUCK avec toi! Pis je rêve toujours de raclette et viande des grisons sur des plaques de verglas avec toi ma poulette… alors va falloir que tu lèves le nez et que tu regardes dans ton agenda afin de sortir une putain de date de merde!!!!!!!!!!!!!
    Et un dernier FUUCCCCCKKKK pour tous ces cons! (gros doigt d’honneur)

     
    • lagrossefernanda

      21 octobre 2012 at 18:46

      Ho putain ! viande des grisons ! J’arrive
      Tu m’accueilles à Noël ?

       
      • Ta pétaconnasse

        22 octobre 2012 at 06:37

        Clair que je t’accueilles à Noël!!! De toute manière, personne ne nous invite (reFUUUCK) alors on a quartier libre!

         
      • lagrossefernanda

        22 octobre 2012 at 10:00

        On en cause au téléphone aloooors ! Bisous

         

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :